C

cabaret

 

La duchesse de Noailles a fait le plus joli présent du monde à mademoiselle de la Tour, en suivant ceque vous aviez commencé : c’est un sac d’ouvrage pour la poupée, une manette, un éventail, un écran, un cabaret, une chocolatière, desquilles, des volants, des raquettes, des jonchets, des dames avec un damier, des pâtes, des dragées, et tout cela dans un très joli bureau […].

Lettre de Mme de Maintenon à sa nièce, la comtesse de Caylus, Saint-Cyr, 17 juillet 1716

 

Il est très-plaisant de voir un mari excessivement jaloux, recevoir lui-même un cabaret d’argent avec du chocolat, un flacon d’or avec de l’eau de santé, et tourmenter ensuite sa femme, qui, disoit-il, avoit donné motif à ses adorateurs de lui faire des présens.

Carlo Goldoni

Mémoires

 

Arrivé à Venise, je trouvai mon premier volume imprimé, et de l’argent chez mon Libraire ; je reçus, en même-tems, une montre d’or, une boîte du même métal, un cabaret d’argent avec du chocolat, et quatre paires de manchettes de point de Venise. C’étoient les présens de ceux à qui j’avois dédié mes quatre premieres Comédies.

Carlo Goldoni

Mémoires

 

[…] le roi [Frédéric ii de Prusse] me fit remettre une caisse contenant un cabaret complet de porcelaine de Saxe pour café et chocolat. Des présents que j’ai reçus, c’est le seul que j’aie conservé.

Dieudonné Thiébault

Frédéric-le-Grand, sa famille, sa cour…

cabosse

 

Le fruit du Cacaotal ne vient pas aussi tout nud, mais couvert & envelopé dans une grande gousse canelée, & rayée à peu près comme un de nos melons, ils l’apellent Cacahuacintli.

Philippe Sylvestre Dufour

Traitez nouveaux & curieux du café, du thé et du chocolate...

 

[…] ce fruit [cacao] vient couvert d’une grande gousse rayée, comme nos melons, elle renferme beaucoup de noix de cacao, de la grosseur de nos amandes.

Menon

La Science du Maître d’Hôtel…

 

Le soleil du matin dorait les cabosses encore vertes des cacaoyers. […] Cette plantation donnait ses premiers fruits, les cacaoyers avaient tout juste cinq ans. […] Après cinq ans, les cacaoyers étaient en fleur et ce matin-là des cabosses encore petites pendaient des troncs et des branches. Les premiers fruits.

Jorge Amado

Les terres du bout du monde

Elle travaillait aussi dur qu’un homme, que ce soit pour cueillir et fendre les cabosses, pour danser sur les fèves dans le séchoir les jours de soleil, pour recueillir la glu de cacao sous les claies, car elle savait le faire comme le meilleur travailleur des fazendas.

Jorge Amado

La Terre aux fruits d’or

cacao

 

Il est Portugais de nation, un vaisseau l’enleva fort jeune alors qu’il était dans un canot ; le maître de ce vaisseau, qui était Espagnol, le mena dans une de ses maisons, où il faisait cultiver par des esclaves quelques plantations d’arbres de cacao.

 Alexandre Olivier Œxmelin

Histoire des Aventuriers Flibustiers et Boucaniers…

 

Luis Cervallos, mon ami, est le meilleur des Équatoriens. Il est propriétaire de trois plantations de cacao à Naranjito et Chob. Sa grande plantation de canne à sucre se trouve à Milagro.

Jack London

La folie John Harned

 

Il s’évertuait à faire préparer du bon cacao mêlé avec des épices, qu’on nomme teonacaztli [« oreille divine »].

F. Bernardino de Sahagun

Histoire générale des choses de la Nouvelle-Espagne

El Porteté veut dire petit port. Celui-ci sert aux Espagnols quand ils arrivent avec des vaisseaux chargés de marchandises à la rivière de Sucre, où ils ont des habitations et où ils plantent du cacao qui est le meilleur des Indes.

Alexandre Olivier Œexmelin

Histoire des Aventuriers Flibustiers et Boucaniers…

 

Je voudrais vous envoyer un chaudron plein d’un chocolat épais et bien battu, fait au véritable cacao de Soconosco, et rehaussé de malicieuse vanille, avec, flottant à la surface, une felouque tissée de gâteaux de Vercelli, pavée de biscuits de Novara ou de Chieri, aux murs incrustés de mosaïques en bonbons de Mondovi.

Lettera del cav. Benvenuto Robbio Conte di S. Rafaele al padre Giovambatista Roberti, XVIIIsiècle

 

Jamais je n’ai vu de régimes de bananes d’une si prodigieuse grandeur* ; l’indigo, le sucre, le cacaoviendraient en abondance, mais on se donne pas la peine de les cultiver.

Alexandre de Humboldt

L’Amérique espagnole en 1800

 

* Humboldt évoque « la villle de l’Esmeralda », « l’établissement chrétien le plus isolé et le plus reculé du haut Orénoque ».

 

[…] pendant des guerres acharnées entre les Aztèques et les gens de Tlascala, les nobles aztèques faisaient passer aux seigneurs tlascaltèques du coton, du sel, du cacao, toutes choses que le pays de ceux-ci ne fournissait pas et qu’ils ne pouvaient, une fois en guerre, se procurer du dehors, parce que le territoire de Tlascala était enclavé entre les provinces aztèques. Ces envois étaient accompagnés de paroles courtoises. Il n’en résultait cependant rien de contraire à l’honneur ; de part et d’autre, après ces politesses, on s’égorgeait le plus bravement du monde sur les champs de bataille.

Michel Chevalier

La civilisation Mexicaine avant Fernand Cortez

 

Le contraste est violent entre eux et l’homme. Celui-ci, partout dans les mêmes lieux, périt ou défaille. Les européens qui viennent à la lisière de ces forêts pour essayer la culture du cacao et autres denrées tropicales ne tardent pas à succomber. Les indigènes languissent, énervés et atrophiés.

Jules Michelet

L’Oiseau

 

Joaquim et moi nous avions débroussaillé et planté du cacao, nous en avons planté plus qu’une troupe de jupara, c’est un animal qui plante du cacao

Jorge Amado

Les terres du bout du monde

 

Le cacao était le pouvoir, l’argent, c’était toute leur vie, il était dans leur âme et non pas seulement planté dans la terre noire et riche de sève […].

Jorge Amado

Les terres du bout du monde

 

Au fin fond de la maison de son immense fazenda, à demi paralysé par les rhumatismes, presque aveugle, il était toujours le maître de la terre du cacao […].

Jorge Amado

La Terre aux fruits d’or

 

— Ah ! Banda, mon enfant, quel malheur te frappe là ! Deux cents kilos de cacao au feu ! A-t-on jamais vu pareille chose ?

Mongo Béti

Ville cruelle

 

Mbarga […] — Mbia ne nous fera-t-il pas hausser le prix du cacao ?

Tous […] — Il le fera !

Guillaume Oyono-Mbia

Trois prétendants, un mari

 

Les grains, qui donnent le jus si doux et si savoureux, sont amers, à l’état naturel, et il faut un long processus de purification, de dégraissage et de stérilisation, avant que les tapis roulants portent les sacs remplis dans les cales des bateaux.

Stefan Zweig

Brésil, terre d’avenir

 

L’odeur de chocolat qui est l’odeur du cacao sec, flottait sur toute la ville, en provenance des entrepôts, des wagons de chemin de fer, des cales des navires, des charrettes et des gens.

Jorge Amado

Les terres du bout du monde

 

[…] il composait lui-même des mélodies, exécutait des pastorales avec le bénin cassis qui lui faisait roulader, dans la gorge, des chants emperlés de rossignol, avec le tendre cacao-chouia qui fredonnait de sirupeuses bergerades, telles que “ les romances d’Estelle ” et les “ Ah ! vous dirai-je, maman ” du temps jadis.

Joris-Karl Huysmans

À Rebours

 

J’ai goûté également de la Crème de cacao, qui est une sorte de bonbon : « Bonbon crema ».

DrAbraham Perez Miro

Journal d’Agriculture Tropicale, octobre 1905

 

Les dames préféraient les crèmes : il y eût des crèmes de moka, de cacao, de menthe, de vanille. Marie Rouget but un soir tant d’anisette, qu’elle en fut malade. Margot et les autres demoiselles tapèrent sur le curaçao, la bénédictine, la trappistine, la chartreuse.

Émile Zola

Le Capitaine Burle

 

Je ne sais si je rêve ; mais je crois y avoir vu des trumeaux avec des renommées qui pouvaient aussi bien célébrer Arcole et Lodi que la crème de cacao et les chocolats pralinés.

Anatole France

Le Petit Pierre

 

Il [Lagneau] croquait ensuite le dur nougat d’Arles, mastiquait l’onctueux calisson d’Aix, et se faisait enfin la bonne bouche avec un petit verre d’une liqueur appelée “crème de cacao”.

Marcel Pagnol

Le temps des amours

cacao en poudre

 

Et quand les savants ne seront plus forcés d’aller dans les vilains quartiers d’East-End, distribuer du méchant cacao, et des couvertures plus méchantes encore aux affamés, ils auront de charmants loisirs pour combiner des choses admirables, merveilleuses, qui feront leur joie et la joie de tous.

Oscar Wilde

Le portrait de monsieur W.H.

 

Le son de la bonne voix cordiale se répandit dans la pièce en même temps qu’un arôme de tartines grillées et de cacao. Chéri s’assit près des deux tasses fumantes, reçut des mains de Léa le pain grassement beurré.

Colette

Chéri

 

Elle resta à causer avec lui pendant que Betzy préparait du cacao pour les enfants et les installait sur une caisse, au bas des marches de l’auvent, où elle leur servit à manger.

Sigrid Unset

Le Printemps

 

[…] de sombres intérieurs aux chapelets de petites saucisses, de chorizos, pendues au-dessus des comptoirs où l’on pouvait aussi acheter du fromage de chèvre ou du vin doux de coing ou du cacao […].

Malcolm Lowry

Au-dessous du volcan

 

[…] les enfants sont revenus de la cour, et nous avons bu du cacao en mangeant nos merveilleux gâteaux aplatis bourrés de raisins, dans le salon du fond, assis autour du feu.

Carson Mc Cullers

Mademoiselle, septembre 1948

 

Je dois mon premier contact précis avec la notion d’infini à une boîte de cacao de marque hollandaise, matière première de mes petits déjeuners.

Michel Leiris

L’Âge d’homme, L’infini

 

Comme il restait à l’étude après quatre heures, il emportait son goûter dans une valise cubique : deux tartines de confiture serrées l’une contre l’autre ou une tartine beurrée saupoudrée de cacao, et toujours des pommes pour compléter.

Robert Sabatier

Trois sucettes à la menthe

cacaoyer

 

Il faut pour le cacao beaucoup d’ombrages et une terre humide ; on a la précaution, dans l’Amérique méridionale, de faire ces plantations dans des terrains où l’arbre du corail abonde ; suivant les Espagnols américains, cet arbre est la mère du cacao (madre del cacao).

Magasin Pittoresque, livraison 14, 1834

 

Dieu merci, la route du cacao n’est pas coupée et j’ai eu le rare privilège de la parcourir de bout en bout. J’ai vu le feuillage luisant des cacaoyers de la haute Amazonie se refléter dans le rio Negro et peupler de poissons imaginaires ces eaux plus noires que du chocolat à l’eau. J’ai cueilli ces fruits jaunes, pareils à de petits concombres, où dorment des graines rouges. Elles sont âcres et amères. Il faut y avoir goûté pour mesurer toute la somme de génie que l’homme peut mettre au service de son appétit de volupté.

James De Coquet

Propos de Table

 

Des hommes qui étaient partis auparavant écrivaient que là-bas [terres d’Ilhéus] l’argent était facile, il suffisait d’obtenir un grand lopin de terre et d’y planter un arbre que l’on appelait cacaoyer qui donnait des fruits couleur d’or qui valaient plus que de l’or.

Jorge Amado

Les terres du bout du monde

Horacio sourit. Il y aurait de nouveau une bonne récolte, ses cacaoyers allaient se couvrir de fruits.

Jorge Amado

La Terre aux fruits d’or

 

Travailler toute l’année, débrousser sa plantation, émonder les cacaoyers chaque matin… pour quel résultat ?

Mongo Béti

Ville cruelle

cacaoyère

 

Tu n’essaierais pas, par hasard, d’imiter ces filles d’aujourd’hui qui vont épouser des jeunes gens pauvres comme des mouches, sans voiture, sans argent, sans bureaux ni cacaoyères, et qui laissent leur famille aussi pauvre qu’auparavant ?

Guillaume Oyono-Mbia

Trois prétendants — un mari

caraque

 

La belle Cynthie a dicté tes vers, ô Properce ! la belle Corinne fut ta muse, ô Nason ! la charmante Lesbic était ladivinité du tendre Catulle ; ta flamme, ô Tibulle ! fut la gracieuse Néère. Pour moi, vieillard, il n’est point de Cynthie, de Néère, de Corinne, ni de Lesbic qui m’inspire ; mais je méprise facilement les muses et les flammes des jeunes gens, si tu ne me manques pas, belle Caraque*.

Abbé Thomas Serrano**

* « Dictavit versus tibi Cynlhia pulchra, Properti ;

Musa fuit, Naso, pulchra Corinna tibi ;

Lesbia numen erat tenero formosa Calullo ;

Flamma, Tibulle, tibi blanda Neæra fuit.

Cynthia nulla seni mihi dictat, nulla Neæera,

Nulla Corinna seni, Lesbia nulla venit.

Sed facile, juvcnum musas et spernere flammas,

Tu modo non desis, pulchra Caraca, mihi. »

Cité par M. Valery (1789-1847), L’Italie confortable - Manuel du Touriste…

 

** L’abbé italien Thomas Serrano composa quelques pièces en l’honneur du chocolat qui réchauffa sa vieillesse. Elles se trouvent dans ses six livres de poésies en latin (Florence, 1788).

 

Le cacao caraque, provenant de la côte de Caracas, dans le Venezuela. C’est le meilleur et le plus estimé. Les graines en sont […] plus grosses que celles des autres espèces. Elles ont le volume d’une grosse fève. […] Il se subdivise en gros et en petit caraque.

Aimé Riant

Le café, le chocolat, le thé, 1875

carré

 

Apolline se ressert du café nappé de crème en croquant un carré de chocolat et saisit sa quatrième tranche de pain beurré, qu’elle dévore sans faiblir, avec la même volupté qui gouvernait ses copieux goûters de petite fille.

Michel Cyprien

Le chocolat d’Apolline

Catalogne

 

À Barcelone, le grand problème était de rentrer en France. […] Au moment de partir, nous allons prendre du chocolat dans la boutique d’un certain Piémontais, cachée dans une petite rue ; je croyais presque qu’on me menait conspirer. Je me suis muni de vingt œufs durs à l’auberge, j’ai du pain, du chocolat, etc. ; en un mot, je ne serai pas réduit à dîner avec du pain trempé dans du vin qui contient un tiers d’eau-de-vie, ce qui fait mal à l’estomac.

Stendhal

Mémoires d’un touriste

 

“ Allons, debout, Parisien ! Voilà bien mes paresseux de la capitale ! disait mon hôte pendant que je m’habillais à la hâte. […] Allons, prenez-moi vite cette tasse de chocolat de Barcelone. Vraie contrebande.. Du chocolat comme on n’en a pas à Paris. Prenez des forces, car lorsque vous serez devant ma Vénus, on ne pourra plus vous en arracher. ” En cinq minutes je fus prêt, c’est-à-dire à moitié rasé, mal boutonné, et brûlé par le chocolat que j’avalai bouillant. Je descendis dans le jardin, et me trouvai devant une admirable statue.

Prosper Mérimée

La Vénus d’Ille

chardon

 

[…] Jeannot dirige l’exposition de ses pâtisseries à l’aide d’une gamme de grognements. Il est dans son état parfait de béatitude : bourru dehors, praliné crémeux dedans. Un chardon de chez Bernachon.

Fanny Deschamps

Crroque-en-bouche

charge

 

Lorsque le licencié Francisco Brizeño arriva, nous nous présentâmes à lui et lui demandâmes de nous recenser et de nous taxer parce que nous étions trop imposés. Il nous diminua de trente-cinq charges de cacao, qui répondent à sept cent cinquante testons, et de plus en argent, de deux cent cinquante ; c’est tout ce que l’on retrancha sur mille que nous devions payer.

Requête de plusieurs chefs indiens d’Atitlan à Philippe II*

 

* Cette requête fait partie du recueil de Henri Ternaux-Compans (1838). La ville de Santiago d’Atitlan appartenait à la province du Guatemala.

 

Le gouverneur […] acheta la charge de cacao avec le vaisseau que l’Olonois avait pris, qu’il fit recharger de la même marchandise et qu’il envoya en France […].

Alexandre Olivier Oexmelin

Histoire des Aventuriers Flibustiers et Boucaniers…

 

En un tour de main, les costauds du contrôleur s’étaient emparés des cinq charges de cacao qu’ils emmenaient vers le monceau de fèves d’où partait la fumée. Que venait donc de dire le contrôleur ?

— Mauvais, ce cacao… très mauvais, au feu !…

Mongo Béti

Ville cruelle, 1954

chocolat

 

Je trouvai que milord gouverneur m’avait envoyé une pipe de vin de Canarie avec une petite caisse de très excellent chocolat de Corossol.

R. P. Jean-Baptiste Labat

Voyage aux Isles…

 

Marthe était très-propre et très-rangée. Dans un coin de l’antichambre se trouvait la porte d’un cabinet où Mme Auclert serrait les confitures, les biscuits, la provision de sucre, de café et de chocolat, enfin toute espèce de friandises. […] Comme Marthe était une petite fille bien élevée, sa mère, pleine de confiance en elle, n’ôtait jamais la clef de son armoire aux provisions ; et même, quand les domestiques avaient besoin de sucre, de chocolat ou de quelque plat de dessert, c’était fort souvent Marthe qui était chargée de les leur donner. Il arrivait bien que ses petites amies l’engageaient à prendre quelque chose dans cette armoire pour faire la dînette ; mais Marthe ne permit jamais qu’on l’ouvrît ; elle en ôtait même la clef pour la porter à sa mère, afin qu’elle donnât elle-même ce qu’elle jugerait convenable pour son goûter et celui de ses amies.

Zuma Carraud, 1796-1889,

Contes et historiettes à l’usage des jeunes enfants qui commencent à savoir lire

 

Seules les filles appréciaient le champagne, les gars préféraient le rhum et le cognac, surtout le punch. Mitia ordonna de faire du chocolat pour les filles et de tenir bouillants toute la nuit trois samovars pour offrir le thé et le punch à tous ceux qui viendraient.

Dostoïevski

Les frères Karamazov

 

C’était le jour de sortie de la bonne et Kitty était restée étendue dans sa chambre, à manger des chocolats.

F. Scott Fitzgerald

La lie du bonheur, dans Les enfants du jazz

 

— J’ai faim, dit-il. Quand je veux manger, cette servante m’apporte toujours du chocolat. Madame de La Pérouse a dû lui dire que je ne prenais rien d’autre.

André Gide

Les Faux-monnayeurs

 

Vladimir avait pris l’habitude d’apporter, le soir, des choses qui ne lui appartenaient pas, des bonbons, du chocolat qu’il suçait en s’endormant, des pièces de monnaie qu’il cachait dans sa paillasse […].

Georges Simenon

Le Petit Saint

 

Un comptoir vitré était plein de chocolats bon marché, de cacahuètes, de paquets de chewing-gum, de bonbons et de cartes postales humoristiques

Georges Simenon

Un nouveau dans la ville

 

Le dimanche, la grand-mère préparait une grande casserolée de chocolat avec laquelle des morceaux de pain grillé trempés formaient une grosse panade dorée. C’était merveilleusement parfumé et bon comme un gâteau.

Robert Sabatier

Les noisettes sauvages

Dans une affiche pour Le Courrier Français, Adolphe Léon Willette (1857-1926) met en scène le chocolat du petit déjeuner : « Lui commande-t-on une affiche pour le Courrier français : il représentera au lit une mignonne fillette de Montmartre ou des Batignolles, que la galanterie a promue à un entresol du quartier Marbeuf, parcourant des yeux, pendant qu’elle prend son chocolat, les gravures de ce journal léger, mais spirituel, déplié sur la courtepointe rose ; Cupidon sommeille à ses côtés, le carquois vide et les ailes repliées. » (Maurice Vachon).

Le vieux n’avait que cette gourmandise. Les joues creusées par l’absence de dents, il laissait le chocolat fondre sur sa langue et son visage prenait une expression de bonheur.

Robert Sabatier

Les noisettes sauvages

 

Sa gourmandise était un objet de moquerie dans les réunions de la tribu, où l’on disait qu’elle gaspillait tout son salaire de secrétaire en gâteaux crémeux, croissants croustillants, babas au rhum et en chocolat épais de la Tiendecita Blanca.

Mario Vargas Llosa

La tante Julia et le scribouillard

 

Un jour qu’elle assiste à la sortie de l’école, appuyée à la rambarde de la fenêtre, en s’attendrissant sur toutes ces petites bouches barbouillées de chocolat et de confiture, elle remarque, de l’autre côté de la rue, au même étage que le sien, la silhouette d’un homme apparemment occupé par la même scène.

Noëlle Châtelet

La dame en bleu

 

— Mes enfants, les Chocolats Grouillot, dont je suis le directeur, vous souhaitent la bienvenue. Je pense que vous aimez tous le chocolat ?… Hé, hé… Levez la main, ceux qui aiment le chocolat ! » 

Goscinny & Sempé

Histoires inédites du Petit Nicolas, « On a visité le chocolat »

 

Brigitte Bardot Bardot

Brigitte béjo béjo

Je crois bien que je t’aime

Autant que le chocolat »

Chanson, Dario Moreno, Brigitte Bardot*

 

* Paroles :André Salvet, Lucien Morisse. Musique : Miguel Gustavo. 1961.

 

Catherine, Catherine, nous avions dix ans

Souvenez-vous, Catherine, au jardin d’enfants

Je vous offrais mes tartines et mes chocolats

Avec mon cœur, Catherine, amoureux déjà »

Chanson, Romuald, Catherine*

 

* Paroles et musique : P. Mauriat, A. Borly, A. Pascal. 1969.

 

Il n’est que trop ordinaire d’employer, dans ces sortes de crêmes, des chocolats inférieurs, tels que le sont tous ceux qu’on vend chez les confiseurs de la rue des Lombards. Il faut, au contraire, y faire entrer le meilleur chocolat ; et l’on parviendra à s’en procurer de tel, en le prenant dans l’une des premières fabriques de Paris, celle de M. de Bauve, si connue par son admirable Chocolat analeptique, qui rend l’embonpoint et la fraîcheur à tous ceux qui les ont perdus.

Grimod de la Reynière

Manuel des Amphitryons

 

Là, sur un immense fauteuil, enfoui sous des coussins, se reposait, les jambes croisées, en grignotant des pastilles de chocolat, le seigneur Amore, que nous connaissons, mais que Gilbert ne connaissait pas. 


Aussi l’effet que lui produisit l’apparition du futur gouverneur de Luciennes se traduisit-elle d’une façon assez curieuse sur le visage du philosophe. 


 oh ! s’écria-t-il en contemplant avec saisissement l’étrange figure, car c’était la première fois qu’il voyait un nègre ; oh ! oh ! qu’est-ce que ceci ? 


Quantà Amore, il ne leva pas même la tête et continua de grignoter ses pralines en roulant des yeux blancs de plaisir. 

Alexandre Dumas

Joseph Balsamo

 

En attendant, l’exisence de M. Folantin persistait à être monotone. Il n’avait pu se décider à rentrer dans son premier restaurant ; une fois il était allé jusqu’à la porte, mais, arrivé là, l’odeur des grillades et la vue d’une bassine de crème violette au chocolat, l’avaient fait fuir.

Joris-Karl Huysmans

À vau l’eau

 

Le brave curé avait recueilli un de ces feux follets des airs, lequel, engourdi par les premiers froids, s’était traîné dans sa bibliothèque. Le vieux prêtre posait près de son protégé tout ce qu’il supposait capable de lui être agréable, voire même un bonbon de chocolat qu’il prit chez nous à cette intention.

Vicomtesse de Simard de Pitray

Ma chère Maman

 

Elle [George Sand] a profité de son séjour à Paris pour régler ses intérêts avec Buloz, mais nous ne savons pas si elle a, comme elle projetait, sermonné le bavard et compromettant Gustave Planche, contre lequel Alfred de Musset nourrissait une rancune particulière. Planche, en effet, fils de pharmacien, avait joué au poète un tour pendable, du temps où ils étaient rivaux d’influence auprès de l’auteur de “ Lélia ”. Certain jour, il offrit à Musset des bonbons au chocolat. A peine en eut-il mangé deux ou trois qu’il dut céder la place. C’étaient des bonbons purgatifs que Gustave Planche avait dérobés à l’officine paternelle. Et cette anecdote, qui a son parfum moliéresque, a été transmise par madame Martelet, gouvernante d’Alfred de Musset.

Albert le Roy

George Sand et ses amis

 

[…] le vieux maréchal de Guermantes remplissant ma bonne d’orgueil, s’arrêtait aux Champs-Élysées en disant : “ Le bel enfant ! ” et sortait d’une bonbonnière de poche une pastille de chocolat […].

Marcel Proust

Du côté de Guermantes

 

Quand tout cela était fini, composée expressément pour nous, mais dédiée plus spécialement à mon père qui était amateur, une crème au chocolat, inspiration, attention personnelle de Françoise, nous était offerte, fugitive et légère comme une œuvre de circonstance où elle avait mis tout son talent.

Marcel Proust

Du côté de chez Swann

 

[…] une crème au chocolat semi-liquide pour contenter ceux qui la veulent manger à la cuiller et ceux qui aiment la boire à même le petit pot…

Colette

« Le tendron », Le Képi

 

À peine étais-je dans le train que ma passion pour madame Betty commença à mollir et lorsque je fus à la maison, elle disparut complètement dans les plus brefs délais ; alors que, pour un dessert qu’elle avait coutume de demander chaque jour — un gâteau au chocolat avec des fraises et de la crème fouettée — et auquel nous avions donné le nom de l’agréable gourmande, je gardai une tendresse durable.

Arthur Schnitzler

Une jeunesse viennoise

 

Mes amies préféraient les sandwiches et s’étonnaient de me voir manger seulement un gâteau au chocolat gothiquement historié  de sucre ou une tarte à l’abricot. 

Marcel Proust

À l’ombre des jeunes filles en fleurs

 

Un petit garçon rapporta le collier et Chocolate arriva bientôt, c’était son seul petit et c’était un monstre, on l’appela Chocolate parce qu’il ressemblait à un gâteau au chocolat ou à une barre de chocolat ou à un bonbon au chocolat, et il était horriible.

Gertrude Stein

Ida

 

C’est un parfum divin et qu’elle connaît trop : le chocolat doucement mijoté, la vanille, l’odeur fine de la pâte feuilletée. C’est à s’évanouir….

Henri Duvernois*

 

* Cité par Curnonsky et Gaston Derys, Anthologie de la Gastronomie Française, 1936.

 

En hiver, nous buvions du cacao après la représentation, en été du jus d’orange et du citron pressé. Mais, été comme hiver, les gâteaux étaient les mêmes. C’est Lucille, la cuisinière que nous avions alors, qui les préparait. Jamais plus je n’en ai mangé d’aussi bons. Le secret de leur réussite tenait, je crois, au fait qu’ils étaient ratés. C’étaient des gâteaux au chocolat et aux raisins qui ne levaient pas, qui ne s’arrondissaient pas, en cuisant, comme des chapeaux. Ils restaient plats, humides, lourds de raisins. Le charme de ces gâteaux était entièrement dû au hasard.

Carson Mc Cullers

Mademoiselle, septembre 1948

 

Léger, caracolant, pain et chocolat dans les mains et télégramme dans la poche, ils partirent comme des flèches, chantant, mangeant et rechantant.

Marie Mauron

Châteaux de cartes

 

[…] ce petit garçon au crâne rasé et à l’œil si triste, du matin au soir comme replié à l’intérieur de son chandail trop vaste qui, pendant deux jours, se borna à contempler les gâteaux que nous lui offrions, même ce gros avec plein de dentelles de chocolat, sans oser y porter les lèvres.

François Chalais

Les chocolats de l’entracte

 

Maman m’a donné un verre d’eau et je l’ai bu en regardant les gâteaux qui étaient sur la glacière.

— Tu aimes les gâteaux, mon chou ? a demandé Mme Laflamme.

— Oh oui, madame, j’ai dit, surtout le gros, là, avec le chocolat et la crème.

Goscinny & Sempé

Histoires inédites du Petit Nicolas, « Les invités »

 

 

Il y a une sorte d’alchimie dans la transmutation du chocolat brut en ce magnifique substitut d’or, une magie profane que même ma mère aurait pu apprécier. Alors que je travaille, respirant profondément, je me remets les idées au clair. Les fenêtres sont ouvertes, et le courant d’air qui passe serait froid s’il n’y avait la chaleur des fourneaux, les casseroles en cuivre, la vapeur qui s’élève du mélange en train de fondre. Les senteurs mêlées du chocolat, de la vanille, du cuivre chauffé et de la cannelle sont enivrantes, puissamment suggestives ; l’âcre odeur terreuse des Amériques, le brûlant parfum résineux de la forêt tropicale.

Joanne Harris

Chocolat

 

Dotty. — Oui, je sais, ici, le demoiselle, en France, il a trouvé un monsieur qui lui convient, il faut qu’elle attende que le monsieur il demande la main d’elle…

Saint-Franquet. — Oui, évidemment !

Dotty. — Ou ! très joli ! Et si le monsieur il demande pas, le demoiselle, il est chocolat. Merci bien ! Et bien, moi, je veux pas être chocolat. Je trouve un homme qui m’est confortable, alors je dis à lui : “ Monsieur, voulez-vous me donner la main de vous ? ” Et voilà !

Georges Feydeau

Je ne trompe pas mon mari

 

Ils [les bonneteurs] s'associent à trois : celui qui fait le chocolat et qui est chargé de commencer la partie, de l'allumer en jouant ; l'enquilleur ou lourdier qui tient la portière de la voiture, invitant les voyageurs à monter dans le compartiment, et enfin, le patineur qui monte lorsqu'il n'y a  plus qu'une place et qui doit tenir les trois cartes.

Le Temps, 1886

 

Vas-y Julot, vas-y vieux frère,

faut m’mett  dedans c’te lourde-là ;

la carouble a peut pas y faire ,

on va n’être encore chocolat !

Jehan Rictus

Le Cœur populaire, vers 1900

 

Vous vous imaginiez que dans ce truc-là, tout le monde allait faire son beurre et que moi seul serais chocolat.

Henry Bernstein

Samson

 

Une petite vitrine renferme toutes les décorations françaises. Savez-vous qu'il y en a des tas, croix ou médailles, les médailles d'abord : Italie, Crimée, Chine, Mexique, Syrie, Cochinchine, Réunion, Madagascar, Tonkin, etc., les médailles de sauvetage et la médaille de chocolat, celle de Sainte-Hélène, dont les porteurs, vieux de la vieille, deviennent de jour en jour plus rares.

L'Exposition chez soi 1889*

 

* Exposition universelle de 1889, Paris, Boulanger, 1889.

 

J'ai donc droit à une médaille de bronze ou de chocolat, et je me la décerne à moi-même. Je la choisis en chocolat, parce que cela se mange.

Maurice Dreyfous

Ce qu'il me reste à dire…

 

 — Et vous, noble sauveteur, rugit la vieille dame, on vous donnera la médaille en chocolat.

Hervé Bazin

Au nom du fils

 

C’était à Cannes. Un jury qui, dans le fond, détestait son Falstaff venait, dans l’ombre de Jivago, de lui [Orson Welles] attribuer une médaille en chocolat. On n’avait pas couronné un artiste d’exception, plusieurs siècles de talent réunis dans les quelques années d’un même homme ; on avait pensionné à vie un fantôme.

François Chalais

Les chocolats de l’entracte

chocolat à cuire

 

Je fis semblant de ne pas avoir entendu, et je fixai avec de si grands yeux la dernière part de gâteau au chocolat que ma mère me la tendit sans un mot, en mettant ironiquement un doigt devant la bouche comme une conspiratrice. C’était mon troisième morceau. Maman n’employait jamais du chocolat à cuire ordinaire ; elle mettait toujours du bon chocolat au lait dans ses gâteaux.

Jonathan Coe

Testament à l’anglaise

chocolat au lait

 

En fait de boutiques on ne trouve ici qu’une échoppe où se débitent du pain, des cordes et des bouteilles, et, tout au coin de la rue, un étroit café obscur, d’où sort continuellement un bottega portant aux signoras, dans de minuscules cafetières de fer-blanc, du café ou du chocolat au lait de chèvre, breuvage connu sous le nom d’Aurore.

Nicolas Vassiliévitch Gogol

Rome

Nous sommes d’abord allées au rayon de confiserie. Nous avons acheté du chocolat au lait pour cinq cents chacun et nous l’avons mâchonné en passant d’un étalage à l’autre, d’un choix à l’autre.

Carson McCullers

Mademoiselle, décembre 1949

La vie est une duperie : ce sont les gens maigres qui ne peuvent pas manger. La soupe réconfortante du matin, les haricots et le vin de midi, la soupe encore du soir me donnent des haut-le-cœur et je m’enfuis sur ma petite chaise, dans mon coin, là où l’on ne mange pas. J’aimais pourtant les biscuits qui, trempés dans le vin, fondent avec un goût de sucrerie. Mais ce n’est pas une nourriture, et puis dans nos campagnes saines on ne veut pas dépenser son argent à des biscuits. Maman cherchait quelque aliment réconfortant et qui me tentât comme une friandise. Elle finit par penser au chocolat. Tous les matins, tous les midis et tous les soirs, avec une belle couleur lilas et une odeur chaude, le chocolat au lait m’appelait comme un ami. Je fus tenté dès la première fois. Petit gourmand je m’approchais. Or une force agitait ma cuiller et jusqu’à la fin, maman, j’ai mangé mon chocolat. On finit même par mettre du pain dedans. Je ne mourus pas d’inanition. Chocolat au lait, je vous serai toujours reconnaissant parce que vous m’avez sauvé la vie.

Charles-Louis Philippe

L’enfant malade

 

J’ai pour habitude de prendre tous les matins une tasse de chocolat au lait. Cette nourriture simple, mais substantielle, me soutient jusqu’à l’heure de midi, et me donne les forces nécessaires pour entreprendre mon voyage à mon bureau.

Toute autre préparation alimentaire serait nuisible à mon estomac, qui jouit du reste d’une assez bonne réputation, et qui n’a pas les moyens de garnir son sac du déjeuner d’un chef de division.

Joseph Poisle-Desgranges

Voyage à mon bureau, aller et retour

 

Pourquoi ne m’est-il pas permis

à cause d’une loi mal à propos

de vous approcher,

de vous embrasser une par une

 

Belles bouches intactes

de jeunes dames,

de vous embrasser dans une saveur

de crème et de chocolat au lait?

 

Je suis amoureux de toutes les dames qui

mangent des petits gâteaux dans les confiseries.

Guido Gozzano (1883-1916)

Le Golosse*

 

* Écrit en 1907 au café Baratti & Milano, à Turin.

chocolaté-ée

 

Son travail consister à préparer les plats, principalement des portions de hamburger truffées de cartilage, des sandwiches sans goût bourrés de tomates décolorées et de laitue flétrie, des milkshakes, des sodas chocolatés et des petits pains au lait.

Paul Auster

Cité de verre

chocolate house

 

Ne voilà-t-il pas qui est bizarre ? dit-il [Jonathan Swift] dans son journal ; le père est un homme de plaisir qui court le mail, fréquente le café de Saint-James et les maisons à chocolat, et le jeune fils est principal secrétaire d’État […].

Charles Rémusat

L’Angleterre au dix-huitième siècle

 

Comment le Français passe-t-il son temps à Londres ? Voici, d’après le voyageur Moreau de Brazey, la journée d’un touriste élégant au début du XVIIIsiècle : « Nous nous levons à neuf heures, et ceux qui fréquentent les levers des grands hommes y trouvent de quoi s’entretenir jusqu’à onze heures ; vers midi, le beau monde s’assemble en diverses maisons de chocolat ou de café ; s’il fait beau temps, on va faire un tour dans le parc de Saint-James jusqu’à deux heures, qu’on s’en va dîner.

Charles Bastide

Anglais et Français du XVIIIe siècle

 

William voit descendre de leurs coches, à la porte des « maisons à chocolat, » les filles à la mode dont il sera l’historiographe. Son regard pénétrant plonge dans l’intérieur des pâtisseries françaises et de ces mystérieux magasins de curiosités où l’on marchande une femme en feignant de marchander une porcelaine.

La caricature en Angleterre - William Hogarth, dans Revue des Deux Mondes, 1885

chocolaterie

 

[…] une petite boutique toute en boiseries blanches et en hautes glaces striées de chiures de mouches, une chocolaterie du siècle dernier, démodée comme ses deux clientes, et qu’en dehors des enfants pressés d’acheter un sou de chocolat après la messe, personne ne fréquentait plus. Les tablettes enveloppées de papier d’étain y blanchissaient tristement au fond de vitrines à ornements sculptés, à côté de papillotes, de surprises et de sucres de pomme, dont les images coloriées s’effaçaient de plus en plus.

Jean Lorrain

Madame Gorgibus

 

On parlait aussi de Correia qui avait fondé une petite chocolaterie et qui payait des articles dans les journaux pour démontrer qu’il faisait une œuvre patriotique en produisant du chocolat au Brésil.

Jorge Amado

La Terre aux fruits d’or

Planche tirée de l'Encyclopédie.

chocolatier/ chocolatière

 

Pendant que je me promène au milieu de cette industrie féerique, arrive le chocolatier Marquis, auquel la vue de ces merveilles semble donner la démarche et le pas de l’ivresse. 

Edmond et Jules de Goncourt

Journal, 2 mai 1878

 

Je me gardai bien de me soumettre à une nouvelle humiliation, et je repartis pour Salzbourg, où j’allai réfléchir amèrement dans l’ancienne maison de Mozart, habitée aujourd’hui par un chocolatier.

Gérard de Nerval

Pandora

 

Toutes les boutiques lui étaient connues, il en retrouvait les odeurs, dans l’air chargé de gaz, des senteurs rudes de cuir de Russie, des parfums de vanille montant du sous-sol d’un chocolatier, des haleines de musc soufflées par les portes ouvertes des parfumeurs.

Émile Zola

Nana

 

Des queues s’allongent à la porte des marchands, de la seule chose qui reste à manger, à la porte des chocolatiers. Et l’on voit des soldats, tout glorieux d’avoir conquis une livre de chocolat.

Edmond et Jules de Goncourt

Journal, 25 janvier 1871

 

[…] un chocolatier encore ingénu libelle ainsi sa réclame : “ La confiserie hygiénique fabrique deux sortes de chocolat : l’un qui est sa propriété exclusive a reçu le nom de chocolat bi-nutritif, parce qu’il contient des aliments alibiles empruntés au jus de poulet, et rendus complètement insipides. ”

Émile Hennequin

Quelques écrivains français, Flaubert-Zola-Hugo-Goncourt-Huysmans, etc.

 

C’était chez une chocolatière de la rue des Bûchettes, à l’ombre même de la cathédrale : une petite boutique toute en boiseries blanches et en hautes glaces striées de chiures de mouches, une chocolaterie du siècle dernier, démodée comme ses deux clientes, et qu’en dehors des enfants pressés d’acheter un sou de chocolat après la messe, personne ne fréquentait plus. Les tablettes enveloppées de papier d’étain y blanchissaient tristement au fond de vitrines à ornements sculptés, à côté de papillotes, de surprises et de sucres de pomme, dont les images coloriées s’effaçaient de plus en plus. 

Jean Lorrain

Madame Gorgibus, « Histoires de masques »

 

Aussi étais-je, au logis, pour moi seul et à l’insu de tout le monde, tour à tour tailleur, épicier, commis de nouveautés et même, sans plus d’embarras, marchande de modes et chocolatière.

AnatoleFrance

Le Petit Pierr

Tallurac, sitôt en possession des biens meubles et immeubles qui lui seraient dévolus pour avoir fait rire une vétuste douairière, songeait à se marier. La fille de Marburger, le chocolatier du pays, n’aurait plus qu’une dot égale à sa fortune et il épouserait le chocolat Marburger.

Renée Dunan

La Culotte en jersey de soie

 

Elle haïssait les chocolatières, comme on appelait les ouvrières de la fabrique de chocolat, parce que ses trois frères avaient eu des maîtresses parmi elles […].

Aragon

Les beaux quartiers

La chocolatière, porcelaine de Meissen.

chocolatière

 

Mais vous ne vous portez point bien, vous n’avez point dormi ? Le chocolat vous remettra ; mais vous n’avez point de chocolatière, j’y ai pensé mille fois ; comment ferez-vous ? 

Marquise de Sévigné

Lettre à Mme de Grignan, 11 février 1671

 

Elle se donnait un mouvement extraordinaire, s’amusant pour son compte. Dès qu’un domestique arrivait, elle lui arrachait la chocolatière et prenait un plaisir extrême à emplir les tasses, avec une promptitude de garçon de café. Puis, elle promenait des glaces et des verres de sirop, lâchait tout pour bourrer quelque gamine qu’on oubliait, repartait en questionnant les uns et les autres.

Émile Zola

Une Page d’Amour

 

Une table est dressée dans un coin du salon, couverte d’une nappe brodée de dentelle, supportant des piles de petites serviettes élégantes, des assiettes de gâteaux fins, de bonbons, de fruits glacés, des tasses en porcelaine du Japon, des verres en cristal irisé, des flacons de vins précieux, le samovar, la chocolatière.

Comtesse de Pange

Mémoires

 

La créole avait toujours un panier plein de friandises pour son neveu, qui se gâtait les dents à sucer des bonbons ou à manger des pâtisseries trop sucrées. Quand il n’y eut plus que Joanny autour d’elle, elle apporta, chaque jour, une sorte de cuisine de voyage. C’était une petite malle en cuir fin, doublée de métal argenté ; il y avait un réchaud, une théière d’argent, une chocolatière, des tasses d’argent avec leurs soucoupes, des cuillères, des bassins en porcelaine pour les sandwiches et le beurre, des boîtes pour le sucre, pour le chocolat, pour le thé, des serviettes brodées, une grande bouteille plate pour le lait. Il y avait un si grand nombre d’objets qu’on eût dit la boîte d’un prestidigitateur. On étalait tout cela sur un banc, et Pilar, avec Mama Doloré et le jeune Marquez, aidés du valet de pied, préparaient le goûter pendant que Joanny et la chica restaient sur la terrasse. Ils ne venaient que lorsqu’on les appelait, mangeaient vivement ce qu’on leur avait préparé, et retournaient à l’isolement où ils se découvraient.

Valery Larbaud

Fermina Marquez

cigarette en chocolat

 

[…] la boutique fondait sur sa langue ; toutes les marchandises y passaient, jusqu’aux cigares en chocolat et aux pipes de caramel rouge.

Émile Zola

L’Assommoir

 

Tout à coup, une fenêtre faisant saillie et éclairée au gaz, perça le crépuscule bleu comme une lanterne sourde, et Valentin s’arrêta devant l’étalage voyant d’une petite pâtisserie. Après un moment d’hésitation, il entra. Il ne perdit rien de sa gravité parmi les joyeuses couleurs de la confiserie, et acheta d’un air soucieux treize cigares en chocolat.

G. K. Chesterton

La Clairvoyance du Père Brown

 

Je conviens avec ma femme, ma chère Nathalie, d’apporter un paquet de cigares de chocolat, imitant le maryland à s’y méprendre : même enveloppe de la Régie des tabacs, même couleur que les vrais cigares de maryland à vingt-cinq centimes.

Jules Lan

Mémoires d’un chef de claque

 

Rien ne manquait à cette réduction des élégances à la mode, pas même une boîte à cigares en argent ciselé, pleine, il est vrai, de cigares de chocolat.

Edmond About

L’Infâme

cloche

 

Qu’est-ce qui fait qu’on a tout,

tout c’que tout le monde a pas,

des yo-yos, des coucous,

des cloches en chocolats?

Qu’est-ce qui fait qu’on a tout,

tout c’que tout le monde a pas,

du sirop pour la toux

et du mou pour les chats ?

Chanson, Gilbert Laffaille, Des bigoudis par douze, paroles et musique de Gilbert Laffaille

copeau

 

La patronne […] leur apporta sur un grand plateau deux gros bols de lait chaud parsemé de copeaux de chocolat, des tranches de pain d’épice et de grosses brioches moelleuses tout hérissées de fruits confits.

Jean-Christophe Duchon-Doris

Le cuisinier de Talleyrand

crème

 

Le fait est que j’aime mieux faire de la crème au chocolat. C’est mon triomphe, et au moins’ on ne se brûle pas les doigts. Mais dites-moi, mon vénérable monsieur, puisque j’aurai un cuisinier, j’espère bien qu’il saura faire les omelettes au jambon ?

Eugène Sue

La Bonne Aventure

 

On avait mangé dans des assiettes bordées de noir, des soupes à la tortue, des pains de seigle russe, des olives mûres de Turquie, du caviar, des poutargues de mulets, des boudins fumés de Francfort, des gibiers aux sauces couleur de jus de réglisse et de cirage, des coulis de truffes, des crèmes ambrées au chocolat, des poudings, des brugnons, des raisinés, des mûres et des guignes […]

Joris-Karl Huysmans

À Rebours

 

Le Barrois. — Non, c’est une supposition... Je suis invité à dîner en ville ; le matin, la maîtresse de la maison a composé une crème au chocolat... dans laquelle est tombé un hanneton.

Le Marquis. — L’incident est regrettable.

Le Barrois. — Un invité, un ami de la famille, le découvre dans son assiette, croyez-vous qu’il va dire au mari : “ Méfie-toi, il y a un hanneton dans ton ménage ?... ” Non ! c’est un homme du monde, il le retire et le renferme discrètement dans son sein. Qu’arrive-t-il ? Chacun mange sa crème, on félicite la femme, on félicite le mari, on félicite la cuisinière, et tout le monde est heureux.

Eugène Labiche

Doit-on le dire ?*

 

* Comédie en trois actes par Eugène Labiche et Alfred Duru, représentée pour la première fois, à Paris, au Théâtre du Palais-Royal, le 20 décembre 1872.

 

Quand tout cela était fini, composée expressément pour nous, mais dédiée plus spécialement à mon père qui était amateur, une crème au chocolat, inspiration, attention personnelle de Françoise, nous était offerte, fugitive et légère comme une œuvre de circonstance où elle avait mis tout son talent. Celui qui eût refusé d’en goûter en disant : « J’ai fini, je n’ai plus faim », se serait immédiatement ravalé au rang de ces goujats qui, même dans le présent qu’un artiste leur fait d’une de ses œuvres, regardent au poids et à la matière alors que n’y valent que l’intention et la signature. Même en laisser une seule goutte dans le plat eût témoigné de la même impolitesse que se lever avant la fin du morceau au nez du compositeur.

Marcel Proust

Du côté de chez Swann

 

Le conditionnement pour la mort commence à dix-huit mois. Chaque marmot passe deux matinées par semaine dans un Hôpital pour Mourants. On y tient tous les jouets les plus perfectionnés, et on leur donne de la crème au chocolat les jours de décès. Ils apprennent à considérer la mort comme une chose allant de soi.

Aldous Huxley

Le meilleur des mondes

 

C’est que, m’avoua-t-elle, j’aime la place Saint-Sulpice comme les histoires de mon enfance et la crème au chocolat. J’aurais voulu noyer Boldiroff dans cette fontaine qu’il ne trouvait pas assez profonde. Mais lui ne me laissa guère le temps de lui souhaiter du mal.

René Crevel

Détours

 

Qu’est-ce qu’elle va pouvoir nous faire comme entremets ou comme plat doux, la Tite*, une crème au chocolat, une crème renversée, un flan ou une tarte aux prunes ? Mais allons voir ce qu’elle fabrique, la Tite, allons voir ce qu’elle pense de mon menu…

Blaise Cendrars, L’homme foudroyé, 1945

 

* De retour d’Égypte et du Haut-Soudan, l’auteur fait une halte dans un petit caboulot du Vieux Port de Marseille. L’atmosphère en est des plus conviviales. Le patron, Félix, s’occupe des clients, alors que sa femme, la Tite, s’affaire devant l’« immense fourneau tout encombré de pots et de marmites de terre où mijotaient sur un feu doux et dans une bonne odeur d’huile, d’ail, d’oignon, de laurier et de thym quantités de petits plats et de sauces tomates ou safranées qui vous faisaient monter l’eau à la bouche. »

chocolat à croquer

 

J’aimais aussi les bonbons à cette époque, mademoiselle Eyre ; je croquais des pastilles de chocolat et je fumais alternativement, regardant défiler les équipages le long de cette rue à la mode, voisine de l’Opéra, lorsque j’aperçus une élégante voiture fermée, traînée par deux beaux chevaux anglais, et qu’éclairaient en plein les brillantes lumières de la ville.

Charlotte Brontë

Jane Eyre

croquette

 

La croquette est une forme de chocolat extrêmement avantageuse pour le fabricant. On n’a pas facilement dans l’œil le poids et la surface d’une croquette, alors, avec une petite différence de rien dans le rayon ou l’épaisseur, on gagne incroyablement sur la quantité.

Louis Aragon

Les Beaux Quartiers

 

[…] son principal mérite est surtout de nous offrir, à un prix modéré, un excellent chocolat usuel, où nous trouvons le matin un déjeûner suffisant, qui nous délecte à dîner, dans les crèmes, et nous réjouit encore, sur la fin de la soirée, dans les glaces, les croquettes et autres friandises de salon […].

Brillat-Savarin

Physiologie du Goût

 

Elle dépapillota une croquette de chocolat, la mit entre ses dents, et l’offrit ainsi à Antoine, qui, souriant, se prêta au jeu.

Roger Martin du Gard

Les Thibault

crotte

 

Hier, j’ai couru pendant six heures, dans tout Paris, à la recherche de bonbons et de joujoux; j’ai même acheté, chez l’un des confiseurs en renom, un bien beau sac d’or. J’ai demandé à une jeune servante en robe de soie, une livre de crottes de chocolat. Elle a souri doucement, et sans raillerie m’a répondu : “ nous avons des sacs à tous prix ”. J’ai désiré savoir quelle différence il y avait entre les sacs roses et les sacs bleus étagés sur une console. “ La qualité des crottes est la même, dit-elle, mais celles qui sont enfermées dans le sac rose ont mieux la forme. ”

Joris-Karl Huysmans

Bonjour Bon An, dans L’Artiste, 6 janvier 1878.

 

Adieu Sidonie ; n’oublie pas les fruits confits de Mme de Pont-à-Mousson… Bien entendu, chez l’épicier. Et pense aux crottes de chocolat de Mme de Saint-Jean-Pied-de-Port.

Courteline

Le Droit aux étrennes

Bumerli

C’est ma veine, c’est ma veine. (cherchant dans sa cartouchière et se levant) Pas une crotte de chocolat ! pas une seule !

Nadina

Des crottes de chocolat ? Vous êtes un soldat et vous mangez des crottes de chocolat?

Le soldat de chocolat, opérette

 

L’autobus tardait à paraître. Pour passer le temps, elle s’approcha de la vitrine d’un confiseur. De grosses crottes en chocolat, habillées de papier d’argent et tarifées dix centimes pièce, attirèrent son attention.

« Ça a l’air rien bon, murmura-t-elle. Ben dommage que les quatorze sous que j’porte dans la main droite, ils soient point à moi ! »

Deux minutes après, Joséphine se dirigeait à pied, vers le 17 de la rue du Faubourg-Montmartre. Dans sa main droite, elle ne portait plus quatorze sous. Elle portait sept crottes en chocolat.

Max et Alex Fisher

L’opinion de Prosper Mariolle*

 

* Cité dans Pierre Mille, Anthologie des humoristes français contemporains, 1920.

 

Au reste, M. Franc Nohain m’entraînait vers d’autres lieux. Je me sentais sous la dépendance de cet homme extraordinaire, et incapable de résister à ses suggestions. Des gazouillements confus bourdonnaient dans ma cervelle : le soprano aigrelet des mandarines, la basse-taille des marrons glacés, le papotage des dragées, la romance des fondants, les lazzis nasillards des polichinelles, la pédante morale des crottes de chocolat.

Adolphe Brisson

Portraits Intimes

 

Il est tentant, appétissant, avalons le vivant, cette crème des présidents, cette meringue, ce fruit déconfit, cette dragée, ce baba, ce flan, cette tourte, cette croquette, cette crotte en chocolat.

James Ensor

 

[…] l’entrée de Renaud s’opère dans un silence de vénération. Il a acheté tout ce que la confiserie médiocre de Montigny peut offrir : depuis les crottes en chocolat à la crème jusqu’aux berlingots rayés, jusqu’aux bonbons anglais qui sentent le ressouvenir de cidre aigre. C’est égal, tant de bonbons !… J’en veux aussi !…

Colette

Claudine en ménage

 

[…] ils se contentèrent des bonbons qu’elle avait apportés, cerises à la liqueur et crottes de chocolat remplies de marasquin.

Thomas Mann

Sang réservé

cuneesi

 

F. Serra, 1956, 70 x 100 cm.