Guillot-Durand

(France)

 

Chocolaterie française de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques). Créée rue Arceaux du Port-Neuf (n° 27) par Albert Guillot-Durand (1849-1892), originaire de Normandie, elle fut aussi pâtisserie-confiserie et proposa des services de traiteur. Elle fut « Fournisseur de Sa Majesté la Reine Nathalie de Serbie », en exil à Biarritz. Son « chocolat à la tasse » était réputé, que chanta le poète Paul-Jean Toulet (Pau 1867 - Guéthary 1920) dans ses Contrerimes* :

Bayonne ! Un pas sous les arceaux

Que faut-il davantage

Pour y mettre son héritage

Ou son cœur en morceaux ?

 

Où sont-ils tout remplis d’alarmes

Vos yeux dont la noirceur

Et votre insupportable sœur

Hélas et puis vos larmes ?

 

Tel s’enivrait, à son Phébus

d’un chocolat d’Espagne

Chez Guillot, le feutre en campagne

Monsieur Bordaguibus.

À la mort de Guillot-Durand, l’affaire fut reprise par sa veuve, assistée de son fils, François-Auguste, et du chocolatier Louis Etcheverry. Elle cessa son activité dans les années 1960.

 

* Recueil posthume (1921). Ce poème lui fut inspiré en 1892. Toulet rêve à ce chocolat pris chez Guillot en compagnie d’une jeune fille, Sylvadine, et de son « insupportable sœur ». Il semble, explique Marcel Marc Douyrou (Chocolat de Bayonne et du Pays Basque, 2010), que « Monsieur Bordaguibus » était, en fait, un certain Borda, condisciple de collège du poète.

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.