Cargill

(Etats-Unis)

 

Créée en 1865 à Minneapolis (Minnesota), pour l’entreposage et la commercialisation des céréales, cette firme américaine a peu à peu élargi ses activités à la production et au commerce de produits et de services dans les domaines alimentaire, agricole, financier et industriel. Elle emploie quelque 160 000 personnes dans 67 pays et est implantée au Brésil, au Canada, en Belgique, en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, en Côte-d’Ivoire, au Ghana, etc. Elle s’est établie en France en 1964, et dans la région nantaise en 1967.

                 Cargill est une des grandes sociétés qui règnent sur l’industrie mondiale du cacao et du chocolat. Elle s’ouvrit au secteur du cacao en 1980, avec l’inauguration d’une nouvelle usine de pâte de cacao (Cargill Cacao Ltd) à Ilheus (Brésil). En 1987, elle devint un important transformateur et fournisseur de cacao pour le marché européen, suite à son acquisition de General Cocoa Company Holland B.V. et des sociétés sous son contrôle [Gerkens Cacao Industrie B.V. (beurre de cacao, pâte de cacao, cacao en poudre) et Fennema B.V. (couverture), notamment] et à l’occasion du rachat, en 2003, d’OCG Cacao SA à Grand Quevilly, près de Rouen. Elle s’installa sur le marché européen du chocolat par le rachat, en 2004, des usines de transformation de cacao du groupe Nestlé à York (Royaume-Uni)et à Hambourg (Allemagne), ainsi que par la reprise, en 2005, de la chocolaterie allemande Schierstedter Schokoladefabrik GmbH & Co, avec son usine de fabrication à Klein Schierstedt (Allemagne). Parmi ses produits : beurre de cacao, cacao en poudre, chocolats noir et au lait sous forme liquide ou solide. Tous produits destinés à la fabrication de biscuits, petits déjeuners, tablettes, moulages en creux, etc. Le site du Grand Quevilly produit près de 20 000 tonnes de chocolat et 14 000 tonnes de cacao en poudre. Par ailleurs, Cargill produit du chocolat à usage industriel et du chocolat « gourmet » aux États-Unis et au Canada, sous sa marque Wilbur (depuis l’acquisition de Wilbur Chocolate Co., en 1992) et sous la marque Peter (depuis l’acquisition de Peter’s Chocolate, en 2002).

                Dans les pays producteurs africains, l’entreprise intervient dans deux secteurs de la filière cacao : le négoce du cacao (achats au niveau local, commerce d’exportation) et la transformation primaire du cacao (via, par exemple, son usine ivoirienne Micao SA, inaugurée en 2000 à Abidjan-. Elle est engagée depuis plusieurs années dans le développement durable. Celui-ci préside à la fois à son approvisionnement en fèves de cacao et à sa manière de les traiter. Le Programme Cacao Durable de Cargill repose sur quatre axes : la formation aux bonnes pratiques agricoles dispensée dans les « champs-écoles » ; le soutien aux Organisations Agricoles, pour les aider à améliorer leur gestion ; le soutien aux communautés de planteurs, par des programmes visant à améliorer leurs moyens d’existence et, notamment, leur accès à la santé et à l’éducation ; le soutien aux initiatives de l’industrie du cacao. L’action de Cargill s’est traduite, en 2010, par un partenariat avec l’organisation Care — qui combat la misère dans les communautés les plus pauvres du monde —, aux fins de soutenir la production de cacao en Afrique de l’Ouest (Côte-d’Ivoire, Ghana).De fait, la firme œuvre pour améliorer le niveau de vie des planteurs de cacao en Afrique, en Asie et en Amérique duSud, ce qui lui a valu, en cette même année 2010, l’International Community Service Award*, décerné par la chambre de commerce américaine BCLC, en raison de son aide à 21 coopératives en Côte-d’Ivoire, soit à 11 000 fermiers qui obtinrent la certification UTZ après avoir suivi le programme d’éducation Cargill’s Farmers Field**. En 2012, Cargill prévoyait de former 60 000 planteurs ivoiriens par un réseau de 1100 « champs-écoles », ce qui devrait porter le nombre de coopératives certifiées à environ 90. Elle tablait sur un objectif de 100000 tonnes de fèves de cacao durable produites en Côte-d’Ivoire d’ici 2015.

 

* Prix récompensant une contribution positive au développement économique et social de pays en dehors des États-Unis.

 

** Programme concernant l’amélioration environnementale et les pratiques à appliquer pour obtenir la certification de durabilité UTZ. Cet enseignement et cette certification débouchent sur un rendement accru des terres et une amélioration de la qualité marchande des fèves.

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.