Ghirardelli

(Etats-Unis)

Chocolat et ruée vers l'or

 

L'histoire de cette chocolaterie établie à San Francisco (Californie) relève d’une épopée romanesque. Apprenti-confiseur natif de Rapallo, près de Gênes (Italie), Domenico Ghirardelli (1817-1894) alla tenter sa chance en Amérique du Sud ; il ouvrit, en 1838, à Lima (Pérou) une boutique de confiserie-chocolaterie qui connut un certain succès. Mais l’attrait de la « ruée vers l’or » fut le plus fort et le conduisit dès 1849 en Californie. Sa prospection s’étant avérée infructueuse, Ghirardelli jugea plus profitable de tenir un commerce destiné aux mineurs dans la ville en plein essor d’Hornitos. Contraint de s’approvisionner à Stockton, où se trouvait le seul magasin existant à la ronde, il imagina alors d’y créer un négoce concurrent et d’y faire fortune. Mais besoin était de trouver une nouvelle source d’approvisionnement. À cette fin, Ghirardelli s’acheta une embarcation pour remonter la San Joaquin River jusqu’à San Francisco et en rapporter ses marchandises. À la fin de 1849, il possédait déjà une véritable flotte fluviale, ainsi que des bâtiments à Stockton et à San Francisco. Malheureusement, en 1851, il lui fallut repartir à zéro : le 3 mai, un incendie ravagea San Francisco ; trois jours plus tard, la moitié de la ville de Stockton fut détruite par le feu ; et Ghirardelli laissa tous ses biens dans les flammes.

Néanmoins, pour le moins pugnace, Ghirardelli ouvrit un café, le Cairo Coffee House, sur Commercial Street, à San Francisco. Y perdant de l’argent, il décida de revenir à son métier de formation, et, s’associant avec un certain Girard, il créa, en 1852, une entreprise de confiserie « Ghirardely & Girard », au coin de Kearny Street et Washington Street. Cela lui permit de faire venir sa famille, qui vivait encore à Lima*, et, en rachetant les parts de son associé, d’intéresser sa femme à l’affaire — laquelle fut alors rebaptisée « Mrs. Ghirardelli & Co. ». Le succès fut rapidement au rendez-vous. En 1853, le couple transféra la compagnie au coin de Jackson Street et de Mason Street, où le siège devait se maintenir lorsque, en 1855, la fabrique dut s’établir dans un lieu plus conforme à son essor, à l’angle de Greenwich Street et de Powell Street. Celle-ci allait rapidement devenir l’une des plus importantes de l’ouest américain. Au cours des décennies qui suivirent, elle devait commercialiser ses produits dans tous les États-Unis et les exporter au Canada, au Mexique et même à Hawaii.

* Après la mort de sa première femme, à Lima, il s’était remarié avec Carmen Alvarado.

Ci-contre : vers 1862, phot. George H. Johnson

Ghirardelli hispanisa son prénom en Domingo à la fin des années 1840.

En 1865, la découverte d’un employé de Ghirardelli devait révolutionner la chocolaterie aux États-Unis. Un soir, l’ouvrier suspendit à un crochet un sac en toile contenant des fèves de cacao broyées. Le lendemain matin, une flaque de beurre de cacao s’étalait sur le sol, et le contenu du sac était presque totalement débarrassé de sa matière grasse. Cette matière sèche se mélangeait plus facilement à un liquide. Elle devint le principal ingrédient du populaire Sweet Ground Chocolate and Cocoa. Cette méthode des dripping bags (aussi appelée Broma process) fut bientôt remplacée par la presse inventée par le Hollandais Van Houten, qui obtenait le même résultat de façon plus maîtrisée. Les achats annuels de la manufacture, en fèves de cacao, devaient passer de 1 000 livres en 1866 à 450 000 en 1885. En 1892, Domingo se retira de la gouvernance de la compagnie, reprise par ses trois fils. L’année suivante, celle-ci, ayant à nouveau besoin de s’étaler, déménagea dans un bloc sur North Point Street, que la famille agrandit et transforma, trois décennies durant, en ce qui constitue aujourd’hui un des fleurons architecturaux de San Francisco, Ghirardelli Square — le bâtiment échappa miraculeusement au tremblement de terre de 1906. La production de la Ghirardelli & Co. comportait tablettes, confiserie de chocolat, chocolat à cuire, chocolat instantané à boire.


En 1962, ce lieu fut racheté par deux notables de San Francisco, William Matson Roth et sa mère, Mrs. William P. Roth, qui le modifièrent en partie. L’essentiel de l’architecture fut conservé. En 1982, la ville le classa monument historique.


Les ateliers vers 1919. Source : Bancroft Library.


À partir des années 1960, la Ghirardelli Chocolate Company perdit son indépendance. Elle fut rachetée par la Golden Grain Macaroni Company (1963), qui, vingt ans plus tard, fut elle-même absorbée par la Quaker Oats Company (1986). Enfin, elle rejoignit en 1998 le groupe suisse Lindt & Sprüngli, qui en géra l’expansion, sur le site de production de San Leandro (Californie), où la firme Ghirardelli assurait sa production depuis 1967.

En 1999 furent lancés les célèbres Squares, sorte de « napolitains » dont les plus populaires sont constitués d’un chocolat au lait fourré de caramel. En 2005, les Dark Squares, au chocolat noir, furent revisités au regard du goût croissant pour le chocolat fort en cacao. Cette même année vit la mise au point de la version noirede sa Chocolate fudge sauce. La firme produit aussi un large choix de tablettes, des dragéifiés, des produits « à cuire », du chocolat en poudre, du cacao en poudre, des articles pour professionnels, etc.

La publicité

 

• Série de petites photos « cinéma »,  70 cartes (?), années 1920.

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.