Pupier

(France)

 

Cette chocolaterie fut créée en 1860 à Saint-Étienne (Loire), par Jean-Louis Pupier et initialement baptisée Chocolaterie spéciale du Commerce. Son usine à vapeur se trouvait rue du Bas-Vernay. Lorsqu’elle ne suffit plus à répondre à la demande, une autre usine fut ouverte au 30 rue Désiré Claude. Le magasin de la Place du Peuple proposait un bel assortiment de chocolats, parmi lesquels les Malakoffs, lancés en 1882 en hommage aux vainqueurs de la guerre de Crimée — le général Mac Mahon remporta la bataille de Malakoff le 7 septembre 1855. « Jamais victoire ne serait si longtemps dégustée », allait écrire Serge Granjon (Saint-Étienne sous la IIIRépublique). Passée entre les mains de Joseph Pupier, fils de son créateur, l’entreprise visa dès lors le marché national. À cette fin, une usine modèle fut construite, rue des Passementiers. Achevée en 1914, elle fut transformée en hôpital militaire pendant la Grande Guerre. À la mort de Joseph (1919), la chocolaterie fut reprise par ses fils, Adrien et Marcel, et connut un important essor. Deuxième entreprise chocolatière française derrière Menier dans les années 1930, sa production quotidienne dépassait 30 tonnes. «La première fabrique française de chocolats fins» revendiquait une « qualité nettement supérieure » : « Ses chocolats au lait, à la noisette, ses fondants, tous longuement conchés, ont une finesse, un velouté qui, alliés à un goût exquis, en font le dessert préféré des gourmets », comme l’indiquait sa publicité.

           Toutefois, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les deux frères furent mis en cause pour leur comportement pendant le conflit, et la firme en pâtit. En 1958, celle-ci passa sous le contrôle de Jacquemaire (Villefranche), société qui devait être absorbée par le groupe BSN — la production de Pupier fut alors confiée à la Chocolaterie de l’Union. La situation demeura fragile, et la chocolaterie Pupier ne retrouva quelque stabilité que lorsqu’elle fut reprise par le groupe Cantalou, en 1981. C’est aujourd’hui la marque « Gourmet » du groupe ; elle propose aux artisans une large gamme de produits « pur beurre de cacao » (couverture, moulages, etc.).

L' usine e la rue des Passementiers, mise à disposition de la Croix-Rouge pour y soigner les blessés de la Grande Guerre.

L’emblème de la marque

 

En 1925, la firme se donna pour emblème un Pierrot tout de rouge vêtu, conçu par le graphiste Jean d’Ylen. Celui-ci figurait sur les produits de la marque (Le Brabant« pour croquer », notamment). Affiches, plaques émaillées, thermomètre émaillé (1931) et buvards reprirent le personnage de d’Ylen.

La publicité

 

Ci-dessus - Rohony, circa 1950.

 

A gauche - Marcellin Auzolle, 1923.

Les chromos et images

 

Autres supports

 

Plaque publicitaire émaillée bombée.

Buvard

Ajouter un commentaire

Commentaires

STEFANELLO
il y a un mois

Ma famille maternelle était originaire de Riverie où la famille Pupier avait une propriété. J'ai des souvenirs rapportés par mes grand-mère et maman... Et puis, j'ai une photo qui je pense est importante pour cette famille. Pendant la deuxième guerre mondiale, M.Pupier avait accueilli chez lui des enfants juifs et c'est ma grand-mère qui les faisait manger. J'ai une photo de ces enfants. Quand il a été question de collaboration pour M.Pupier, ma famille n'a pas compris !

Nico
il y a 4 mois

Bonsoir, c'est mon arrière grand père, c'est un plaisir de voir votre page

Molly
il y a 4 mois

Madame, Monsieur,
Bonjour,
J'ai découvert le monument funéraire de Mr Joseph Pupier
Auriez-vous la gentillesse de me communiquer l'année de naissance (1836 ?) et de mort de Mr Jean-Louis Pupier, père de Joseph
En vous remerciant et en restant à votre disposition
Mr Molly J Pierre

michelin
il y a 4 mois

Bonjour,
Je recherche la date et le lieu de naissance du créateur de l'entreprise Jean-Louis Pupier.
Merci d'avance,

Gir
il y a 5 mois

Boîte de chocolat Pupier exposée dans une chocolaterie à Sapporo au Japon

Daspect
il y a 8 mois

Jean Louis Pupier est mon arrière arrière grand père . Il est enterré dans le caveau familial au Crêt de Roc à Saint Étienne .

Cros
il y a 9 mois

Ma maman était la fille de Louis Pupier parti au Canada avec son ami Minier. Il est revenu en France a la demande de son père. Hélas décédé jeune, ma maman n'avait que 4 ans. J'ai la plaque de son bureau.

Cros
il y a 10 mois

La famille a vendu la marque en 1964. C'était mes arrières grand pères (côté de ma maman). Mon grand père Louis Pupier y a oeuvré. Hélas mort jeune ( louis Pupier) Je possède la plaque de son bureau.

SEGUIN
il y a 9 mois

Bonjour,
Actuellement j'effectue des recherches sur "Jean Louis Pupier", né en 1874, fils du créateur des chocolats Pupier. En 1896, il se rend au Canada et présente avec Louis Minier le cinématographe LUmière. Je suis intéressé par n'importe quelle informations le concernant. Merci de votre aide.
jcs

Berne Alain
il y a un an

J'ai habité jusqu'en 1965 rue des Passementiers en face de l'usine. Certains jours, j'appréciais la bonne odeur de chocolat qui embaumait le quartier . Je ne me souviens plus de la date exacte de la fin de l'activité .

FAURE DAVID-NILLET
il y a un an

Une famille PUPIER, négociant à Lyon fin 18ème, dont le fils Pierre Zénion était docteur en médecine à Paris, ont possédé le château de Grammont dans l'Ain vers 1890/1900.

Copyright Annie Perrier-Robert © Tous droits réservés.