Rowntree-Mackintosh

(Royaume-Uni)

Une célèbre association…

 

C’est en 1725 qu’une Quaker, du nom de Mary Tuke, ouvrit une épicerie, dans le nord-est de lAngleterre, à York, à Walmgate très précisément, pour y vendre thé, chocolat et caféen grains. Presque un siècle et demi plus tard, en 1862, son descendant, William Tuke, cédait ses intérêts dans le cacao et le chocolat à l’un de ses coreligionnaires, Henry Isaac Rowntree (1838-1883), qui, en 1864, acheta, une fonderie d’York pour la transformer en unité de production. Associé avec son frère Joseph à partir de 1869, au sein de H. I. Rowntree & Co., il se consacra dès lors à la vente de ses deux principaux produits: le Superior Rock Cocoa, mélange de sucre et de cacao comprimé en gâteau, et l’Homeopathic Cocoa, à l’arrowroot. En 1881, un autre produit-phare connut demblée la faveur des consommateurs : les pastilles de gomme aux fruits. Dans les années qui suivirentla mort dHenry, Joseph fut rejoint, à la tête de laffaire, par ses deux fils, John Wilhelm et Seebohm. En 1887, il lançait un chocolat noir en poudre, Elect Cocoa, appelé à un immense succès. L’essor de lentreprise devait l’amener à créer, en 1897, la société anonyme Rowntree & Co. Ltd.dont il fut le premier président, et, peu après, à transférer la production aux abords dYork, dans la nouvelle usine de Haxby Roadconstruite en 1890 — le siège du groupe et la principale unité de production se trouvaient encore là en 1991.

Comme dautres capitainedindustrie, le Quaker Joseph Rowntree (1836-1925) était pourvu dun sens commercial exceptionnel.Sa politique sociale, concrétisée par le village modèle de New Earswick, jouxtant la fabrique de Haxby Road, sapparentait à celle dautres grands industriels du XIXe siècle. Il se soucia des intérêts et du bien-être de son personnel (dune centaine de collaborateurs en 1879celui-ci passa à 1 200 au tournant du XXsiècle, puis à quelque 5 500 et enfin à plus de 7 000 dans les années 1920). Il lança un journal dentreprise, Cocoa Works Magazine (1902) [1], il mit en place unpolitique de santé (dès 1904, un médecin et un dentiste dispensèrent des soins gratuits), il créa un fonds de pension (1906), il développa des aides en matièrdéducation (stages de formation, etc.). Après smort (1925), lentreprise se développa sous la férule de Seebohm Rowntree qui devait en assurer la présidence jusquen 1941 (2). Cest à George James Harris, directeur du marketing dans les années 1930, que la firme dut lapparition de nouveaux produits, appelés à une notoriété internationale Black Magic (1933), assortiment de chocolats noirs Aero (1935), chocolat au lait aéré Dairy Box (1936) ; Smarties (1938), pastilles chocolatées multicolores, etc. En 1935 naquit la barre Rowntrees Chocolate Crisp, rebaptisée KitKat deux ans plus tard (3) — une superposition de plusieurs fines gaufrettes au chocolat, le tout enrobé de chocolat.

(1) En 1969, il deviendra le Rowntree Mackintosh News.

(2) Il devait mourir en 1954. George James Harris, qui épousa une Rowntree en 1933, lui avait succédé à la présidence en 1941 ; le rôle de celui-ci, comme directeur du marketing, avait largement contribué au succès de l’entreprise. Harris fut remplacé à la présidence, en 1952, par William Wallace.

(3) Elle ne fut introduite en France qu’en 1970.

Coll. A. P.-R.

Parallèlement à lévolution de la firme des Rowntree, une autre entreprise connaissait une importante expansion. Cest en 1890 quune pâtisserie fut ouverte à Halifax par John Mackintosh et sa femme Violet, lesquels s’imposèrent rapidement en inventant, en 1892, le cream touffe (« toffee à la crème »), fait de sucre, de beurre, de lait et de glucose (4), et quils baptisèrent Mackintoshs Celebrated Toffee. Devenue société anonyme en 1899, sous la dénomination de John Mackintosh Ltd, laffaire exportait déjà dans plusieurs pays (Italie, Espagne, Chine). Elle simplanta industriellement aux États-Unis e1904 et commercialisa son premier chocolat en 1912. À la mort de John Mackintosh (1920), son fils Harold (5) reprit les rênes de lentreprise. LJohn Mackintosh & Sons Ltd. (1921) ne cessa de se développer, rachetant notamment, en 1932, la chocolaterie créée par John Caley (1828-1895) [6] à Norwich en 1860. Cette reprise allait permettre d’associer chocolat et toffees et allait déboucher sur les marques Quality Street (chocolats, 1936) et Rolo (menthes). Après le décès d’Harold (1964), son frère Eric lui succéda en 1965.

(4) Le toffee est un bonbon de sucre cuit, du type « caramel». La plupart des touffes appartiennent à la catégorie des bonbons souples.

(5) Il fut anobli en 1935, prit le titre de Lord Mackintosh of Halifax en 1948 et fut « promu » vicomte en 1957.

(6) Il se fit, semble-y-il, aider d'un spécialiste français formé par Menier. Sa chocolaterie fut gratifiée de la garantie tant recherchée « with the appointments of Queen Victoria ».

Mais, à l’ère des regroupements, ces deux destins parallèles, déjà liés par des accords régionaux, finirent par fusionner. Ainsi naquit, en 1969, la Rowntree Mackintosh Ltd., qui, en 1970, exportait dans plus de cent-vingt pays et sous la coupe de laquelle passèrent des firmes telles que en France, Chocolat Menier S.A. (1971), Chocolat Ibled S.A. (1973) et Chocolat Lanvin S.A. (1977) en Hollande, Nuts Chocoladefabriek (1979) en Australie, James Stedman Ltd. au Canada, Laura Second (1983) ; aux États-Unis, Sunmark (1986)Dans les années 1980, le produit-phare demeurait la « gaufrette » KitKat, que les Britanniques consommaient à raison de 50 barres à la seconde — c’est aujourd’hui une des marques « milliardaires » (7) du groupe Nestlé. En 1988, le groupequi regroupait plus de vingt-cinq sociétés et comptait trente fabriques dans le monde, constituait la quatrième plus importante affaire de chocolaterie-confiseriederrière Mars, Hershey et Cadbury. Cette même année, il fut absorbé par le holding suisse Nestlé S. A. et, en 1989, devint Rowntree LimitedProduction et direction produits furent installées à York.

Les produits les plus connus restent, entre autresles After Eightles barres enrobées Nuts et Lion, les Smarties et lassortiment Quality Street, souvent associé à la période de Noël dans les pays anglophones et dont la composition a quelque peu évolué au fil des décennies (douze parfums en 2012).

(7) Se dit d’une marque qui représente « un chiffre d’affaires supérieur au milliard d’euros » (Le Monde, 15 février 2013).

La publicité

 

1893, 63 x 45 cm.

1893, 72 x 35 cm.

Quality Street

 

1937.

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.