A

Tous les jours, après le déjeuner, Jeannot montait chez les dames Manescù. Et s’il était en retard, Dorothée venait le chercher. Mme Manescù lui caressait la tête et lui offrait un bonbon de chocolat enveloppé dans du papier d’argent rouge à l’intérieur. Puis Elisabeth et Dorothée l’emmenaient dans la chambre voisine ou sur le balcon, et là commençaient les débauches. Des bonbons, des bonbons, de toutes les sortes. Des glacés aux fruits. Des durs à laisser fondre. Des croquants. Des pralinés. Des fourrés. Des à liqueur. Des bonbons, enfin, des bonbons sans fin.

Aragon

Les Voyageurs de l’impériale

amande de cacao

 

On donnait à chacun des autres deux cents amandes de cacao, cent grains de l’espèce appelée teonacaztli et une palette d’écaille pour battre le cacao.

F. Bernardino de Sahagun

Histoire générale des choses de la Nouvelle-Espagne

 

À l’égard des obstructions prétendues […], on a des experiences d’une vertu toute contraire, par le secours qu’en ont tiré plusieurs Demoiselles, sujettes aux pâles couleurs, qui se sont gueries de cette incommodité, en mangeant tous les matins à jeun douze amandes de Cacao […].

De Quélus

Histoire Naturelle du Cacao…

 

[…] on se donne souvent le plaisir de mettre de ces amandes de cacaoavec leurs enveloppes dans la bouche, pour la rafraîchir agréablement, & pour étancher la soif ; mais on se garde bien d’y appuyer la dent, parce qu’en perçant la peau du cacao on sentiroit une amertume extrême. »

Dictionnaire Portatif de Commerce

 

La capacité de la cosse est remplie d’environ vingt, trente et trente-cinq amandes de cacao, séparées par une substance blanche qui rafraîchit agréablement. Les amandes de cacao sont assez semblables aux pistaches ; on en distingue dans le commerce deux sortes principales ; la première, qui est la plus grosse, est appelée Gros Caraque, l’autre Cacao des Iles ou de Cayenne. C’est avec cette amande que se prépare le chocolat.

L M... B....

Voyage à la Guiane et à Cayenne : fait en 1789 et années suivantes…

amer

 

Vous rappelez-vous Claudine, qui aimait s’accroupir devant le feu en faisant tourner une épingle à chapeau juste assez vite pour éviter que le petit morceau de chocolat qu’elle faisait rôtir ne gouttât ? Quelquefois, elle la faisait tourner au-dessus d’une bougie. Mais les chandelles donnent un goût de suif qui nuirait à la saveur du chocolat brûlé, si propre, si âpre, si chaude. Ce serait comme de boire un Martini dans une timbale d’argent.

Le chocolat dur et amer est le meilleur, coupé en morceaux pas plus gros qu’un raisin sec bien dodu.La forme importe peu, car si vous êtes assez droit, vous le ferez rouler tout brûlant sur votre épingle et il sera aussi joliment façonnéqu’un grain d’opium.

Quand il est bien rond, bien boursouflé et qu’il dégage une odeur bleu foncé, il est à point. Alors, si vous ne soufflez pas à vous époumoner, vous vous brûlerez la langue. Mais c’est un régal.

Mary Frances Kennedy Fisher

Le fantôme de Brillat-Savarin, « À la frontière »

arrobe

 

 […] sans mettre en ligne de compte le Sucre, duquel la quantité qu’on employe est excessive, revenant à plus de cinq cens mille Arrobes, c’est-à-dire douze millions cinq cens mille livres de Sucre, lequel se prepare & se fait en la nouvelle Espagne, dans les moulins destinez à cela […].

Barthelemy Marradon

Dialogue du Chocolate

 

— Je veux me débarrasser de ma récolte, je vous vends douze mille arrobes. Aujourd’hui, la cote est de quatorze mille deux cents reis par arrobe, cela fait cent soixante-dix contos. êtes-vous d’accord ?

Jorge Amado

Les terres du bout du monde

 

Ces neuf cents arrobes de cacao qu’ils espéraient récolter étaient le résultat de vingt-sept ans de labeur journalier.

Jorge Amado

La Terre aux fruits d’or

B

 

 

Une belle araignée des jardins, ma foi, le ventre en gousse d’ail, barré d’une croix historiée. Elle dormait ou chassait, le jour, sur sa toile tendue au plafond de la chambre à coucher. La nuit, vers trois heures, au moment où l’insomnie quotidienne rallumait la lampe, rouvrait le livre au chevet de ma mère, la grosse araignée s’éveillait aussi, prenait ses mesures d’arpenteur et quittait le plafond au bout d’un fil, droit au-dessus de la veilleuse à huile où tiédissait, toute la nuit, un bol de chocolat. Elle descendait, lente, balancée mollement comme une grosse perle, empoignait de ses huit pattes le bord de la tasse, se penchait tête première, et buvait jusqu’à satiété. Puis elle remontait, lourde de chocolat crémeux, avec les haltes, les méditations qu’impose un ventre trop chargé, et reprenait sa place au centre de son gréement de soie.

Colette

La Maison de Claudine

baci

 

Sorte de petits macarons aux noisettes du Piémont et au miel collés par deux avec du chocolat noir, spécialité d’Alassio (Ligurie). Ils auraient été inventés vers 1910 par le pâtissier de la maison royale de Savoie, Rinaldo Balzola, et firent dans les années 1920 la renommée du café-pâtisserie Balzola, ouvert en 1902 et fréquenté par des personnalités célèbres, comme Gabriele D’Annunzio, Eleonora Duse ou Maxime Gorki. Ils ont fait école sur la Riviera et ont pris le nom des différentes localités (San Remo, Albenga, Loano, etc.)

bâton

 

L’agent le plus rusé […] pénètre dans la chambre suspecte, y reconnaît les symptômes de la plus excessive misère, et acquiert la certitude que cet homme, pour subvenir à ses passions, emploie son temps à rouler des bâtons de chocolat, à y coller des étiquettes […].

Honoré de Balzac

Monographie du rentier, « Les Français peints par eux-mêmes »

 

[…] pas de malades et très peu d’hommes, en comparaison de la masse des femmes, mais beaucoup de prêtres qui fument des cigarettes, pendant que celles des pèlerines qui ne s’éventent pas sucent des oranges ou croquent des bâtons de chocolat.

Joris-Karl Huysmans

Les Foules de Lourdes

 

Le lendemain Rose entra seule, me demandant un bâton de chocolat, et me disant que Leduc était malade tout de bon.

Casanova

Histoire de ma vie

 

L’agent le plus rusé […] pénètre dans la chambre suspecte, y reconnaît les symptômes de la plus excessive misère, et acquiert la certitude que cet homme, pour subvenir à ses passions, emploie son temps à rouler des bâtons de chocolat, à y coller des étiquettes […].

Honoré de Balzac

Monographie du rentier, « Les Français peints par eux-mêmes

 

Une ou deux heures après, les lumières du pont de Bordeaux, autre merveille d’un aspect moins saisissant, scintillaient à une distance que mon appétit espérait beaucoup plus courte, car la rapidité du voyage s’obtient toujours aux dépens de l’estomac du voyageur. Après avoir épuisé les bâtons de chocolat, les biscuits et autres provisions de voiture, nous commencions à avoir des idées de cannibales.

Théophile Gautier

Voyage en Espagne

 

[…] Clubin entra dans sa cabine, s’y enferma, prit un sac-valise qu’il avait, mit des vêtements dans le compartiment élastique, du biscuit, quelques boîtes de conserves, quelques livres de cacao en bâton, un chronomètre et une lunette marine dans le compartiment solide […].

Victor Hugo

Les travailleurs de la mer

 

Luis pouvait avoir alors une dizaine d’années. Blotti dans la grande salle, près de Pépa, qui, la veille s’était foulé le pied, il l’aidait silencieusement à rouler des bâtons de chocolat pour le compte d’un fabricant d’Irun.

Alain de Mérionec

Pauvre Petit, dans la revue Les Lettres et les Arts, 1887

 

[…] pas de malades et très peu d’hommes, en comparaison de la masse des femmes, mais beaucoup de prêtres qui fument des cigarettes, pendant que celles des pèlerines qui ne s’éventent pas sucent des oranges ou croquent des bâtons de chocolat.

Joris-Karl Huysmans

Les Foules de Lourdes

 

Je sens ma faiblesse s’accentuer, car le sang continue à s’épandre. A ma portée se trouve un paquet de chocolat tombé d’une poche ; je m’en empare et j’en avale cinq bâtons. Je donne un morceau à mon camarade blessé, couché près de moi ; il accepte avec plaisir. 

Jean Massart

La Presse Clandestine dans la Belgique Occupée

 

Au cours d’une longue marche ou d’une ascension, ou après un surmenage quelconque, lorsqu’il s’agit de donner un coup de fouet à l’organisme fatigué, un bâton de chocolat, ou mieux encore, un bol de chocolat au lait vaut mieux qu’un beefsteak.

Amélie Desroches

Hygiène de l’Alimentation

battre le chocolat

 

Parmi mes désagréments, j’ai celui que mon domestique français Dutoutvient de me quitter, après quinze ans. […] Ce départ dérange mon économie domestique, et je suis plus embarrassé de décider à qui donnerai-je à battre mon chocolat, que le roi de France ne l’a été à donner le département des affaires étrangères.

Abbé F. Galiani

ettre à madame d’Épinay, Naples, 8 juillet 1774

 

Quand j’étais petite, j’étais souvent la servante du Porpora. J’ai plus d’une fois fait ses commissions, battu son chocolat et repassé ses rabats.

George Sand

Consuelo, 1861

bavaroise

 

La société [des restaurants-cafés] change autant de fois qu’il se fait de services différents. À 9 heures du matin, les employés prennent la tasse de café au lait ou la bavaroise au chocolat, qu’ils accompagnent d’un nombre de flûtes subordonné à leur appétit.

Docteur Véron, Mémoires d’un bourgeois de Paris

 

C’est à ce Chocolat [Chocolat au soconusco] qu’on doit donner la préférence pour les bavaroises au Chocolat, dont les personnes délicates font un souper aussi sain qu’agréable. Le tiers d’une tasse suffit ordinairement pour une bavaroise.

Catalogue Tarifs et Propriétés des divers Chocolats de la Fabrique de MM. Debauve et Gallais, xixesiècle

Bayonne (chocolat de)

 

Rien en effet de plus coquet, de plus élégant que cette troisième boutique, où l’on voyait dans des coupes ou sur des plateaux de porcelaine tout ce que la friandise la plus raffinée peut imaginer en confitures, conserves, bonbons, etc. […] Plus loin, de larges dalles de nougat de Marseille, blanc comme de la crème fraîche, servaient de socle à des colonnettes de chocolat de Bayonne et de pâte d’abricot de Montpellier.

Eugène Sue

Les Sept péchés capitaux

 

— J’ai connu un Don Lopez jadis, dit Rodolphe ; il vendait des cigarettes et du chocolat de Bayonne, c’était peut-être un parent du vôtre…

Henry Murger

Scènes de la vie de bohème

 

À Bayonne, il y a long ! accosta au vieux port

Une flûte inconnue, pilotée par un ange.

Qui aurait soupçonné la cargaison à bord ?

Le mystère émanait de ce voilier étrange.

 

» Nous allons, il le faut, rompre l’incognito :

Il cachait sans ses flancs un divin cacao !

Le séraphin l’offrit, mais ne s’en tint pas là,

Il enseigna aussi l’art du bon chocolat.

 

» Dès lors, dans le pays, les gourmands sont en fête…

Mais, seules, les fines bouches ne s’en laissent conter,

Dans l’antique maison qui garda la recette,

Aux Arceaux du Port-Neuf, vont toujours l’acheter.

Publicité d’un chocolatier bayonnais

 

Seulement, il mêlait le profane au sacré ; — pour occuper ses loisirs et grossir son casuel, le vieux guerillero vendait du chocolat de Bayonne aux dévotes du quartier.

André Theuriet

Bigarreau

 

La note des dépenses nous rend le vrai Vernet. — « Au joueur de gobellet.. 1,04. — Chocolatière et moulinet.. 1,05. » C’est, partout où il va, une de ses premières dépenses : on reconnaît l’homme qui a habité Bayonne : il en a emporté la « recette pour faire du bon chocolat », déduite tout au long dans ses Livres. — « Un petit carnet pour dessiner…, porte-crayon de cuivre.., […].

Léon Lagrange

Joseph Vernet, sa vie, sa famille, son siècle

 

Il y a des maisons brillantes de chaux éparses dans la campagne, chacune sur une éminence et qui regarde d’un autre côté que sa voisine. Guéthary, Fontarabie et ses palais en guenilles, Saint-Jean-de-Luz leur ont tour à tour offert cette ombre tiède de l’automne, qui est pleine du bruit des feuilles froissées. Et ils ont été boire du chocolat sous les arceaux de la mélancolique Bayonne.

P.-J. Toulet

Les Tendres Ménages

 

— Chez Maisonnave ? Dit Louise dédaigneuse. Ah, mais on ne sait pas faire le thé, dans les pâtisseries. Chez Maisonnave, on vous sert le meilleur chocolat de la région, mais pour le thé, ce n’est pas ça du tout, ils n’ont pas la manière, ils ne savent pas.

Jean-Louis Curtis

La Parade

beurre de cacao

 

Il s’y tient aussi tous les jours un petit marché, où quelques Indiens se tiennent tout le long du jour, qui vendent des fruicts, des herbes, & du cacao ; mais sur les quatre heures après midy ce marché est tout plein pendant une heure, où les femmes Indiennes viennent vendre des delicatesses aux Crioles, comme de l’Atolle, du Pinole, des Palmites boüillis, du beurre de cacao, des boudins faits avec du mahis […].

Thomas Gage

Nouvelle relation, contenant les voyages de Thomas Gage dans la Nouvelle Espagne…

 

Vainement, en arrivant à Balancan, essayai-je de conjurer le mal par des lotions émollientes et par des frictions de beurre de cacao, dont on m’avait recommandé l’emploi […].

Arthur Morelet

Voyage dans l’Amérique centrale…

 

L’œil du Parisien, aujourd’hui, n’est plus qu’aux étalages des choses susceptibles d’être mangées, aux étalages des produits avec lesquels on triche avec l’alimentation des jours ordinaires. Et devant l’annonce d’un de ces produits, c’est un curieux spectacle que l’étude d’un passant, en son indécision, en ses combats intérieurs, qui se témoignent par le déplacement d’un parapluie d’un bras sous l’autre, ses en allées et ses retours. J’étudiais au passage Choiseul ce manège d’un assiégé devant un tout nouveau produit, dont l’usage connu, et peut-être des souvenirs personnels, l’arrêtaient dans son désir de le faire servir à sa cuisine. Un moment le préjugé l’avait emporté, il était parti, il avait vingt pas.. puis tout à coup, une volte, et revenant sur ses pas, il est entré fiévreusement dans la boutique de pâtisserie acheter du beurre de cacao.

Edmond et Jules de Goncourt

Journal, 25 octobre 1870

 

L’homme du monde, lui, tout en laissant son pardessus aux mains du valet de pied dans un vestibule tendu de tapisseries, se souvient du demi-monde comme d’une oasis de félicité libre et de bohémianisme délicat, tandis que l’homme des coulisses réfléchit que le fait de venir chaque soir dans cette petite boîte surchauffée, pour y respirer l’odeur combinée des fards, des beurres de cacao, de la poudre de riz, du cold-cream, et pour y entendre les mêmes ragots débités par les mêmes bouches passées au même rouge, constitue un métier cruellement monotone.

Paul Bourget

Physiologie de l’amour moderne

bille

 

De grandes et grosses billes de chocolat arrangées les unes sur les autres.

Saint-Simon, II

 

La coupe de Chine, pleine de marrons ; la porcelaine japonaise, pleine de billes de chocolat ; la boîte en laque, pleine de fondants, expriment une intention plus raffinée. Elles disent : « j’ai voulu vous être agréable ; j’ai cherché ce que je pourrais vous offrir ; j’ai couru les magasins ; je me suis, enfin, donné du mal. » Ce sont des présents un peu communs toutefois ; et les seules porcelaines où les doigts mignons doivent puiser les douces sucreries sont celles qui portent les marques anciennes des deux L ou des deux épées : Sèvres ou Saxe, ces sanctuaires du goût exquis.

Guy de Maupassant

Les Cadeaux, dans Le Gaulois, 7 janvier 1881

 

Dans les villages, chez la mercière-épicière, nous avions oublié que se rassemblent le chocolat à billes, le pain d'épices, la moutarde. Il reste même un Petit Journal pour le régiment.

Jean Giraudoux

Lectures pour une ombre

 

Il peut voir par la porte ouverte la femme s’affairer, asseoir le petit sur une chaise, sortir d’un placard deux billes de chocolat qu’elle distribue avec une tranche de pain.

Claude Simon

Le vent

boisson

 

À l’époque de la conquête, Montezuma habitait de magnifiques résidences, et nul monarque au monde n’était entouré de plus de faste et de plus de splendeurs que ce monarque mexicain. […] Les ustensiles de cuisine étaient en terre de Cholula. On préparait le chocolat et les autres boissons de cacao dans des coupes d’or et de coquilles marines précieuses. Le service était somptueux et abondant.

Sous la direction d’Alcide d’Orbigny

Voyage dans les deux Amériques

 

Lorsqu’il entra, Geneviève, en peignoir blanc, était assise sous une tonnelle de jasmins, où elle avait l’habitude de se faire servir à déjeuner. Elle donna, comme à l’ordinaire, un bonjour affectueux à Maurice, et l’invita à prendre une tasse de chocolat avec elle.

Alexandre Dumas

Le Chevalier de Maison-Rouge

 

[…] Clorinde lui envoya Antonia qu’elle avait amenée, pour demander s’ils pouvaient, son mari et elle, venir déjeuner chez lui. Il s’était fait monter une tasse de chocolat. Il les attendit.

Émile Zola

Son Excellence Eugène Rougon, 1876

 

Je crois sentir à mes lèvres la saveur brûlée d’un clair chocolat, préparé, pour notre déjeûner du dimanche, et, selon le même principe, d’un mélange indescriptible des chocolats de toutes qualités, de tous prix, de toutes saveurs, vanille, canelle, salep, fleur d’oranger, etc., que les parents envoyaient, chacun selon ses moyens ou ses goûts, à leurs enfants. C’était bien le plus indigeste breuvage et le plus déplaisant du monde.

Daniel Stern

Mes souvenirs, 1806-1833

 

Il n’y avait plus de France française ; l’Espagne débordait. On se mit à prendre du chocolat à l’espagnole, à jouer au hoc comme les Espagnols […].

Philarète Chasles

La France, l’Espagne et l’Italie au XVIIsiècle

 

Dernièrement, nous étions ensemble dans la même soirée ; je vais au buffet et je vois “ mon protecteur ” très occupé à servir une foule d’habits noirs qui demandaient tout à la fois : chocolat, punch, glaces etc., etc.

Félix Galipaux

Galipettes

 

— Nous devons montrer quelque condescendance, dit mon oncle, reprenant soudain son ton léger. Quand un homme s’entend à préparer une tasse de chocolat, à faire un nœud de cravate, comme Ambroise sait le faire, il a droit à quelque considération.

Arthur Conan Doyle

Jim Harrison, boxeur, 1910

 

tartarin-sancho, sonnant la bonne : Jeannette, mon chocolat.

Là-dessus Jeannette apparaît avec un excellent chocolat, chaud, moiré, parfumé, et de succulentes grillades à l’anis, qui font rire Tartarin-Sancho en étouffant les cris de Tartarin-Quichotte.

Alphonse Daudet

Tartarin de Tarascon

 

Ce qu’il ne disait pas, mais qui avait bien aussi son importance, c’est que, depuis quinze jours, il était privé de son chocolat du matin, qu’il le voyait en rêve, gras, fumant, huileux, accompagné d’un verre d’eau fraîche claire comme du cristal, au lieu de l’eau saumâtre des citernes, à laquelle il était réduit maintenant.

Alphonse Daudet

ort-Tarascon

 

Elle connaissait les maisons où l’on avait à prix de fabrique une batterie de cuisine complète pour petit ménage, les quatre casseroles en fer, la cinquième émaillée pour le chocolatdu matin ; jamais de cuivre, c’est trop long à nettoyer.

Alphonse Daudet, Sapho

 

On causa pendant une demi-heure. Octave prit, avec sa tante une tasse de chocolat au pain grillé, selon la mode de Champauvert, après quoi il se leva pour partir.

Arsene Houssaye

Les grandes dames

 

Dès sept heures du matin elle m’apportait elle-même une tasse de chocolat. Je n’en ai jamais bu de pareil. Un chocolat à s’en faire mourir, moelleux, velouté, parfumé, grisant. Je ne pouvais ôter ma bouche des bords délicieux de sa tasse.

Guy de Maupassant

Contes de la Bécasse

 

— Ça a commencé par être très douloureux, et j’ai dû crier à un moment comme on crie la nuit quand on étouffe, et puis j’ai rêvé du paradis et de la bonne nourriture que j’allais y manger ; maman qui m’attendait me faisait du chocolat au lait, je le sentais.

Hector Malot

En Famille, 1893

 

Le soleil gai courait de la mer bleue et argentée jusque dans ma chambre tout ouverte ; mon chocolatembaumait ; j’avais faim et je souriais. Profitant avec un grand sens de cet éclair d’énergie, je pris le train de Nice.

Maurice Barrès

Le culte du moi 2, « Un homme libre »

 

Dominica servit le chocolat brûlant. Jean l’avala debout.

Joseph Peyré

Jean le Basque, 1953

 

Un quart d’heure plus tard, il la rejoint à la cuisine et elle lui verse un épais chocolat dans un grand bol fleuri.

Michel Tournier,

L’aire du Muguet, « Le coq de bruyère », 1978

boîte

 

Au dessert M. Fabère arriva en surprise avec de grands paquets. On lui fit fête. Il offrit à maman une boîte de laque pleine de chocolat ; à grand’mère une petite pendule ancienne.

Léon Daudet

Le Partage de l’enfant

 

Un chocolat, Jeanne ? dit Louise vivement, et elle présenta une boîte aux trois quarts remplie de chocolats enrobés dans du papier d’argent. Ce sont des “ points d’interrogation ”, vos favoris.

Jean-Louis Curtis

La parade

 

Tous les jours arrivaient des fleurs, des boîtes de bonbons et de chocolats, de petits cadeaux bien choisis pour chacun.

Robert Sabatier

Les fillettes chantantes

 

 […] la femme du Gouverneur me témoigna une generosité tout à fait grande : car elle m’envoya plusieurs boëtes de Chocolate parfumé, & une autre boëte fort grande où il y avoit de quatre sortes de conserves qui estoient toutes dorées par dessus, outre quantité de massepains & de biscuits […].

Thomas Gage

Nouvelle relation des Indes Occidentales

 

Je n’aurai ni paix ni repos que je ne sache la boîte de chocolat en vos mains, mon cher Marquis : M. de Tournon, capitaine de galères, s’en est chargé et m’a promis saintement de la porter à Avignon ; mais votre adresse n’est point sur cette caisse ; elle ira sans doute chez M. le chevalier de Donis ; au nom de Dieu, donnez-m’en des nouvelles.

Lettre de madame de Simiane au marquis de Caumont, Belombre, 1731

 

L’abbé de Saint-Yves et le prieur eurent chacun un bon bénéfice ; la bonne Kerkabon aima mieux voir son neveu dans les honneurs militaires que dans le sous-diaconat. La dévote de Versailles garda les boucles de diamants, et reçut encore un beau présent. Le père Tout-à-tous eut des boîtes de chocolat, de café, de sucre candi, de citrons confits, avec les Méditations du révérend père Croiset et la Fleur des saints reliées en maroquin.

Voltaire

L’Ingénu

 

Mais, au moment où la voiture partait, il rencontra le visage de Lucrezia tout auprès de la portière. Elle lui adressait un adieu amical, et lui tendait une boîte de chocolat qu’il prit machinalement avec un profond salut glacé, et qu’il jeta ensuite avec humeur sur la banquette devant lui.

George Sand

Lucrezia Floriani

 

Voilà un pauvre diable qui court la rue, grelottant sous un habit noir, étranglé par une cravate blanche, pestant contre la pluie, le jour de l’an et les voitures, défendant sa vie contre un cabriolet impétueux, et sa toilette contre les crachements d’une roue de fiacre.

» Une trogne de polichinelle grimace hors de sa poche, et deux lacets roses, qui trahissent des boîtes de chocolat, lui tombent sur les talons.

» C’est un honnête employé : il vient de toucher une gratification de cent francs qu’il a déjà traduite en joujoux, en bonbons, avec lesquels il ne s’amusera pas, qu’il ne mangera pas.

Nestor Roqueplan

La Vie Parisienne

 

Chez le chocolatier du boulevard où l’on se fournissait d’habitude, Ies jeunes filles du comptoir étaient afiolées et ne savaient à qui répondre. […] Elles mirent même trois quarts d’heure à leur préparer les trois emplettes qu’ils firent : la première de chocolat, boîte chinoise d’un goût à la fois riche et distingué, pour la tante Capitan, que porta Clara ; la seconde, de marrons glacés, superbe cigogne en peluche pour la tante Duseigneur, que porta Sophie ; la troisième, de papillottcs mélangées de crottes contenant de la crème rose ou blanche, petite souris dans les prix doux, pour la tante Cottineau, sa vieille demoiselle de compagnie Terpsichore, et son vieux chien havanais Pepito, que porta Juliette.

Maurice Beaubourg

Visites, dans La Revue Blanche, 1900

 

 

Elle ne voulait pas que je parte. Il y avait une boîte de chocolats sur la commode et elle s’est levée pour m’en offrir. J’en ai pris un et elle a insisté pour que j’en prenne encore et encore.

Émile Ajar

L’angoisse du roi Salomon

 

Dès demain, il lui enverrait une grande boîte de chocolats fins, le plus grand format. Vermeylen serait ravi de les déguster en compagnie de sa pauvre tuberculeuse de femme dans leur sombre petite cuisine.

Albert Cohen

Belle du Seigneur

bonbon de chocolat

 

Défiez-vous de cette variété de bonbons en chocolat qui ornent les étalages de magasins, lorsqu’ils ne portent point la marque d’une fabrique reconnue pour la bonté de ses produits. Presque toujours, ces bonbons, sous diverses formes : pralines, olives, étoiles, pastilles, médaillons, figurines, couronnes, cigarettes, etc., ne sont que des composés plus ou moins indigestes, où l’on a fait entrer une foule d’ingrédients, hormis du bon cacao.

A. Debay

Les influences du chocolat, du thé et du café sur l’économie humaine

 

[…] un vieil antiquaire examine les porcelaines, les laques de Chine, tandis qu’un enfant dévore des yeux les bonbons en chocolat, et qu’un gourmand flaire les homards et les pâtés de foie gras.

Paul de Kock

La Pucelle de Belleville

 

Notre amitié sera une très jolie chose à l’avenir ; nous nous enverrons des cartes postales pendant nos voyages et des bonbons en chocolat au Nouvel An.

Marcelle Sauvageot

Commentaire, 10 décembre 1930

 

Il se voit dans la glace. Il n’y a pas que dans les bistrots qu’on flanque des miroirs sur les murs. Sa tête est la même que dans le café de la rue Montmartre, et les bocaux de bonbons, de chocolats, de caramels, les gâteaux sur les plateaux de verre, les guéridons de marbre et les chaises peintes en blanc n’ont pas plus de réalité que les œufs sur le comptoir de là-bas.

Georges Simenon

Antoine et Julie

 

Il mangeait trop, surtout le soir, avait toujours faim, gardait des bonbons secs et des chocolats dans un de ses tiroirs.

Georges Simenon

Crime impuni

 

[…] j’aimerais un bonbon au chocolat quand j’en mange un je le regarde avant de le mettre dans la bouche je le tourne de tous les côtés et puis je le mange un peu et puis je recommence je le regarde je le tourne de tous les côtés et puis crac je remors remords les cadeaux qu’il m’apporte […].

Albert Cohen,

Belle du Seigneur

 

Un simple bonbon au chocolat peut me détraquer les nerfs, sous l’excès de souvenirs qui viennent m’ébranler. Mon enfance ! Et mes dents qui mordent dans la pâte sombre et moelleuse mordent aussi et savourent à nouveau les humbles joies du gai compagnon que j’étais pour mes soldats de plomb, ou du cavalier s’accommodant parfaitement du roseau transformé, pour l’occasion, en cheval. Les larmes me montent aux yeux, et je mêle à ma guise la saveur du chocolat, le bonheur passé et mon enfance perdue, tout en m’abandonnant voluptueusement à la douceur de cette souffrance. Sa simplicité n’ôte rien de sa solennité à ce rituel de mon palais.

Fernando Pessoa

Le livre de l’intranquillité de Bernardo Soares

Bordeaux

 

Je me suis réveillé ce matin à sept heures : mon élève Gutmann est venu me demander de ne pas oublier sa soirée d’aujourd’hui. Durand est venu aussi et on a apporté le chocolat. Mon chocolat me vient de Bordeaux où on le fait exprès pour moi, sans aucun arôme, dans une maison privée, chez une cousine de mes charmantes élèves, qui me nourrit de ce chocolat.

Frédéric Chopin

lettre « à ses biens aimés » en Pologne, Paris, 19 avril 1847*

 

* Dans Jules Combarieu, Histoire de la musique des origines à la mort de Beethoven. Avec de nombreux textes musicaux, Paris, Armand Colin, 1919.

 

— Juanita, ce jeune homme n’est pas un étranger pour moi. C’est le fils d’un ami, il arrive de Bordeaux, que j’ai habité longtemps..

— De Bordeaux !… Ah ! il y a de très-bon chocolat en ce pays… qui cependant ne vaut pas celui de Bayonne ! Monsieur nous en apporterait-il ?…

— Laissez-nous tranquille avec votre chocolat, Juanita, vous êtes d’une gourmandise qui n’a pas de nom !

— C’est que je le prends si mauvais ici !

Paul de Kock

La famille Braillard

bouchée

 

C’était à l’époque des fêtes. […] Le papier d’argent de ces bouchées au chocolat était le signe qu’une période confuse mais bruyante et dorée s’ouvrait pour les cœurs simples, et Jeanne et moi nous pressions un peu plus l’un contre l’autre.

Albert Camus

Carnets, décembre 1938

 

Ce n’était pas encore l’heure du thé. Nous étions seuls dans la boutique. Et tout en me faisant goûter des bouchées au chocolat, grignoter des petits fours et déguster un verre de xérès, la nouvelle confiseuse, qui était veuve de guerre, me raconta avec beaucoup, beaucoup de détails qui avaient tous trait à sa propre situation, comment Claire s’était pendue dans son fournil le jour où un message officiel d’Angleterre lui avait appris la mort atroce de son frère […].

Blaise Cendrars

La main coupée

 

Dans le hall de l’hôtel était disposé un appareil à sous d’un type que j’ai nulle part retrouvé. Il s’agissait, à l’aide d’un poinçon attaché par une petite chaîne, de perforer un carton en des points désignés par des numéros. On avait alors droit, selon la chance, à des confiseries plus ou moins substantielles. Le dernier trou percé, comme le “ bouquet ” des feux d’artifice, assurait au joueur le bénéfice d’une vraie boîte de bouchées au chocolat.

François Nourissier

Un petit bourgeois, 1963

boule

 

Ils virent quantité de tartes et de choux, de nougats et de babas, d’éclairs et de religieuses, presque partout ces “ croissants ”, dont la pâte nageait dans le beurre […], souvent des “ Milirahmstrudel ”  servis avec un verre de liqueur,  quelquefois des “ Mozart Kugel ”, boules de chocolat fourrées de massepain, dont le compositeur, à ce que l’on disait, raffolait au plus haut point.

Jean-Christophe Duchon-Doris

Le cuisinier de Talleyrand

 

Attends, Fanchette (chatte de Claudine), si tu veux que je te massacre, tu n’as qu’à continuer ! Cette horreur plonge dans le sac ouvert une patte en cuiller, trop adroite ; et pourtant elle n’aura que des moitiés de boules en chocolat, quand j’en aurai retiré la crème avec le gros bout d’une plume neuve.

Colette

Claudine à Paris, 1901

bout

 

Une fois par an seulement, le jour de son anniversaire, Charlie Bucket avait droit à un peu de chocolat. Toute la famille faisait des économies en vue de cette fête exceptionnelle et, le grand jour arrivé, Charlie se voyait offrir une petite tablette de chocolat, pour lui tout seul. Et chaque fois, en ce merveilleux matin d’anniversaire, il plaçait la tablette avec soin dans une petite caisse de bois pour la conserver précieusement comme un lingot d’or massif; puis, pendant quelques jours, il se contentait de la regarder sans même oser y toucher. Enfin, quand il n’en pouvait plus, il retirait un tout petit bout de papier, dans le coin, découvrant un tout petit bout de chocolat, et puis il prenait ce petit bout, juste de quoi grignoter, pour le laisser fondre doucement sur sa langue. Le lendemain, il croquait un autre petit bout, et ainsi de suite, et ainsi de suite. C’est comme ça que Charlie faisait durer plus d’un mois le précieux cadeau d’anniversaire qu’était cette petite tablette de chocolat à deux sous.

Roald Dahl

Charlie et la Chocolaterie

Brésil

 

Jusqu’au dix-huitième siècle, l’économie brésilienne s’appuiera sur le sucre, le tabac, et ce troisième flatteur du palais européen dont la mode commence à se répandre : le chocolat.

Stefan Zweig

résil, terre d’avenir

 

C’est d’Ilhéus que partait pour Bahia presque toute la production du Sud de l’État. […] Les habitants d’Ilhéus rêvaient d’exporter directement le cacao sans être obligés de passer par Bahia.

Jorge Amado

Terre violente

brique

 

Elle en profita pour se glisser une brique de chocolat entre les dents.

Louis Courthion

Contes Valaisans

broyage

 

Il musait devant une librairie, où, sur papier vélin, de noires vignettes, jetées d’un crayon si chaud, si hardi que le sujet en demeurait parfois un mystère, rappelaient des araignées, tandis que des lettrines bizarres faisaient songer à des hiéroglyphes. Il musait devant une énorme machine cylindrique qui, dans toute la largeur d’une vitrine, broyait activement du chocolat.

Nicolas Vassiliévitch Gogol

Rome

bûche

 

Pour le dîner, Estelle et Mme Favart s’étaient surpassées […] : une énorme dinde, don de Françoise évidemment, du chou, cuit lentement dans la sauce de la bête, une purée de châtaignes, et une bûche au chocolat.

Régine Desforges

La Bicyclette bleue