Journal de bord

 

 

Au siècle des Lumières, le Suisse Sigmund Freudenberger illustra, avec Le Bain (parfois intitulé le Petit Déjeuner au bain ou la lettre d’amour) le tourment d’une belle, alanguie dans sa baignoire, à laquelle sa « camériste apporte d’un air fûté […], avec sa tasse de chocolat, un billet doux qu’elle croque déjà d’un œil tendre, comme le hors-d’œuvre délicieux de son déjeuner », commente Arsène Houssaye. En légende, le dialogue suivant :

« De la lettre ou du chocolat / Que préfère Madame ? Ah, ma chère Justine, / J’ai le cœur bien plus délicat / Plus faible infiniment, hélas ! que la poitrine. »

(Gravure, XVIIIe s., coll. A. P.-R.)

Ajouter un commentaire

Commentaires

ZANGHI
il y a 9 mois

Bonsoir,je suis à la recherche de documents concernant le chocolatier FOUQUET dont la création débute en 1852 rue LAFITE à Paris.
Bien cordialement à vous.
Antoine ZANGHI

Follet Lucien
il y a un an

merci pour ce formidable site
très instructif et de belle qualité d'images
j'ai vu que vous aviez mis le blog lemarneux.fr en lien au sujet des 100 ans d'évolution du moulin de Noisiel...
recevez mes meilleurs sentiments
Lucien Follet