Neuhaus

(Belgique)

 

Chocolaterie belge créée en 1857 à Bruxelles par Jean Neuhaus. Ce Suisse venu s’installer en Belgique ouvrit, avec son beau-frère pharmacien, une Confiserie Pharmaceutique dans la Galerie de la Reine (n° 23). À la mort de son beau-frère, son fils Frédéric, resté à Neuchâtel, suivit, à sa demande, des études de confiserie, puis entra dans l’affaire familiale ; il devait y jouer un rôle essentiel, en substituant aux « friandises » thérapeutiques des caramels, pâtes de fruits, chocolats, etc. À la mort de Frédéric (1895), son fils Jean prit les rênes de l’entreprise et contribua largement à son essor avec plusieurs innovations, qui eurent aussi une influence considérable sur l’ensemble de la chocolaterie belge. En 1912, il mit au point les premiers chocolats fourrés, qu’il nomma pralines. Huit ans plus tard, il inventa, avec son épouse, Louise Agostini, une nouveau conditionnement : le ballotin, initialement baptisé « la poche ». C’est à Louise, en l’honneur de laquelle Jean créa la Louisette, que la marque doit aussi son emblème : le N et les couleurs vert et or. Après la Grande Guerre, la fabrication fut transférée rue Van Lindt (n°23-27). Sur les traces de Jean Neuhaus, son gendre Adelson De Gavre créa de nouvelles pralines (caprice,tentation, etc.). L’épouse de ce dernier, Suzanne, qui fit une brillante carrière de cantatrice, eut l’idée des ballotins expédiés par abonnement au Congo belge (« ballotins de l’amitié »). Parmi les chocolats les plus célèbres de la firme : les chocolats à l’Élixir de Spa, la praline « porte-bonheur » (déposée en 1948), portant le chiffe 13 sur une face et craquelée sur l’autre ; les cupines, bonbons fourrés d’une ganache aux fruits ou aux noix et surmontés de gianduja dressé ;

La maison Neuhaus allait sortir de la famille, successivement reprise par le groupe Ceuppens (1969), par De Beukelaer (1974)], par Jean-Jacques et Claude Poncelet (1978), déjà propriétaires des chocolateries Verhaeren et Mondose et qui se rendirent également acquéreurs de la chocolaterie Corné Port-Royal (1977) — sous la férule des frères Poncelet, l’entreprise se dota d’une dimension internationale —, puis par la Raffinerie Tirlemontoise (1987)*.

Depuis 1999, Astrio, célèbre fabrique de biscuits artisanaux établie à Vlezenbeek, fait partie du groupe Neuhaus-Mondose, qui couvre aussi la marque Jeff de Bruges, de création française.

 

* Elle reprit en même temps Mondose et Corné Port-Royal.

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.