Kohler

(Suisse)

 

Chocolaterie suisse créée par Gottlieb Kohler (1761-1833), dit Amédée Kohler en romand, originaire de Büren, près de Bienne (canton de Berne).

Arrivé à Lausanne en 1793, Gottlieb Kohler y ouvrit un négoce de denrées coloniales et réussit fort bien dans son entreprise. À telle enseigne qu’en 1817, il s’associa avec ses fils, Charles-Amédée (1790-1874) et Frédéric, agrandit son affaire et adopta pour raison sociale « Amédée Kohler et fils ». Á partir de 1830, à l’initiative de Charles-Amédée, l’activité essentielle fut le chocolat, bientôt produit dans le moulin de Bramafam (11, rue du Petit-St-Jean), à Lausanne, que la firme acheta en 1831 et transforma en fabrique.Laqualité de ses produits et la création de bonbons fins lui valurent le succès. Le chocolat aux noisettes mis au point en 1830 marqua une date dans l’histoire chocolatière. De ce fait, la fabrique fut transférée en 1849 dans une ancienne scierie de Sauvabelin, au-dessus de Lausanne, le site du Petit-St-Jean étant réservé au magasin et aux bureaux.En 1865, Charles-Amédée confia l’entreprise à ses deux fils, Charles-Amédée, directeur général jusqu’à sa mort, et Adolphe, directeur de la fabrique de chocolat jusqu’en 1879. À la mort de Charles-Amédée Junior (1884), l’affaire fut reprise par ses deux fils Amédée-Louis et Jean-Jacques — la raison sociale fut alors transformée en « Les fils de Charles-Amédée Kohler ». En 1896, la fabrication abandonna Sauvabelin pour s’installer dans l’usine nouvellement construite à Échandens,près de Morges (canton de Vaud). Et, en 1898, l’entreprise devint société anonyme sousle nom de « Fabrique de Chocolat Amédée Kohler et fils ».

Jean-Jacques Kohler, directeur de la société, espérait une fusion — ou, du moins, un accord — avec l’entreprise de Daniel Peter (voir ce nom), qui « lui permettrait une participation aux affaires de chocolat au lait que Peter avait créées, notamment en Grande-Bretagne et en Amérique »*. Certes, la chocolaterie Kohler présentait une valeur moindre, mais la compétence de son directeur jouait en sa faveur. Et en 1904, la fusion intervint, de laquelle naquit la « Société Générale Suisse de Chocolats Peter et Kohler réunis ». L’usine d’Échandens poursuivit sa production jusqu’en 1907**, année où la chocolaterie fut transférée à Orbe, tandis que la fabrication des bonbons fins se déplaça à Vevey. Compte tenu que Daniel Peter était déjà âgé, Jean-Jacques Kohler (1860-1930) joua un rôle important dans la nouvelle société, notamment pour les améliorations techniques. C’est lui aussi qui entama la négociation avec Auguste Roussy (Nestlé) concernant l’accord qui, en cette même année 1904, confia à Peter et Kohler la direction de la fabrication d’un chocolat au lait de marque « Nestlé », Nestlé s’engageant, de son côté, à ne pas s’intéresser à la fabrication et à la vente d’autres chocolats que ceux faisant l’objet de cet accord. Les difficultés de l’époque voulant que les firmes unissent leurs efforts pour résister à une concurrence croissante et se développent à l’échelle internationale,la chocolaterie rejoignit,en 1911, la Société Générale Suisse de Chocolats Peter et Kohler réunis, qui fut alors rebaptisée « Société Peter, Cailler, Kohler, Chocolats Suisses S. A. » (PCK). Cette dernière devait, à partir de 1929, lier son histoire à celle de Nestlé, par une fusion d’intérêts qui devait profiter à tous ses acteurs.

Chocolat en poudre, cacao en poudre solubilisé, tel ou sucré, chocolat en tablettes… Comme les autres pionniers Cailler et Suchard, Kohler chercha à améliorer les spécialités alors en faveur. Ainsi mit-il au point le« délicieux chocolat fondant » qui fit la réputation de la chocolaterie, laquelle joua sur son nom pour une publicité de presse (1909) : « Cho Kohler - Délicieux chocolat fondant » — Cho Kohler fut une marque déposée. Dans les années 1930, la marque Chocmel désignait un chocolat au lait aux amandes et au miel.

 

* Jean Heer, Nestlé, Cent vingt-cinq ans, de 1866 à 1991, 1991.

 

** Elle fut alors équipée de machines d’imprimerie.

La publicité

 

En 1898, Geo (Georges) Blott opta pour un grand-père barbu, au regard plein de bienveillance, qui, assis dans un fauteuil sur fond azuré, tient sa petite fille sur son genou gauche, en lui faisant lire ce qui est écrit sur l’ardoise qu’il lui présente de la main droite (112 x 156 cm, P. Vercasson, Paris). Le temps d’une affiche (anon., vers 1900, 99 x 150 cm, F. Champenois, Paris), Kohler choisit le coq pour emblème. Le chocolat fondant inspira une affiche sur le thème du Petit Chaperon Rouge et, vers 1911, un éventail Cho Kohler, illustré d’après une composition de Gus Bofa. Le Chocmel fut au cœur d’une charmante affiche de 1935 : deux enfants s’extasient devant une ruche au-dessus de laquelle volette une abeille tenant entre ses pattes un bâton de Chocmel.

La chocolaterie édita un certain nombre de chromos. Y furent traités, notamment, les Défauts et qualités (10,5 x 5,5 cm, 12 sujets — La charité, etc. —). Les premiers « albums timbres » illustrés « Nestlé Peter Cailler Kohler » parurent à partir de 1920. Le premier propose 40 séries de 12 images (4 x 6 cm) pour Kohler, contre 40 pour Cailler, 20 pour Peter et 20 pour Nestlé. Au cours des années 1960-1970, la chocolaterie inscrivit sa publicité dans la faveur rencontré par les westerns auprès des jeunes et conçut 6 séries d’images sur métal destinées à être plantées dans un décor (Le camp indien, par ex.). Ces séries avaient pour personnages « les héros du film télé Les Indiens ».

John Onwy, 1921, 158 x 118 cm.

Anon., ca 1920, 27 x 35 cm.

Anon., 1914, 150 x 106 cm.

Jules-Ami Courvoisier, 1916. Mobilisation 1914, affiche 40 x 99,5 cm,  

éditée par Peter, Cailler, Kohler, Chocolats Suisses S.A.

au profit des oeuvres patronnées par le Département Militaire Suisse

 

Charles Kuhn, ca 1930, 90 x 128 cm.

Anonyme, 1937, 65,5 x 128,5 cm.

Hans Tomamichel, années 1930, 21,4 x 13,5 cm.

Hans Tomamichel, 1932, 127 x 90 cm.

Années 1930, 37,5 x 28 cm.

Dans Le Théâtre, 1er août 1908, n°231.

Dans Le Théâtre, 1er décembre 1908, n°239.

• Dépliant chromolithographié.

 

Les cartes postales

 

Coll. A. P.-R.

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.