Godiva

(Belgique)

 

C’est en 1920 que le chocolatier-confiseur Pierre Draps s’établit à Molenbeek (Bruxelles).Dans les années 1930, il produisait ses chocolats sous l’enseigne Confiserie Fina et, parallèlement, approvisionnait en friandises les grands magasins qui les commercialisait sous leur propre marque. En 1937, l’entreprise fut transférée au 40 rue Antoine Court, sur la commune voisine de Kœkelberg. Dès l’âge de quatorze ans, l’un des fils de Pierre, Joseph, fit son apprentissage dans la fabrique de son père. Le rejoignirent ensuite ses deux frères, François et Pierre. Au lendemain du second conflit mondial, la Confiserie Draps Joseph & Frères fut reprise par les fils de Pierre Draps. Joseph se retrouva à sa direction. En 1945, il déposa la marque « Godiva », nom qui lui fut inspiré par la légende anglaise (XIs.) selon laquelle, aux fins d’obtenir une réduction des impôts qui écrasaient la population, l’épouse du comte Leofric de Chester parcourut les rues de Coventry, à cheval, avec pour seul « vêtement » sa longue chevelure blonde. L’image de cette femme à cheval devint l’emblème de la chocolaterie… Dans l’usine de la rue Antoine Court fut lancée une gamme de pralines, qui allait faire sa notoriété.

Devenu fournisseur attitré de la cour royale de Belgique (1968), la maison Godiva réinventa la truffe au chocolat. Ses balles de golf eurent pour origine l’intérêt pour le golf qu’il partageait avec le roi Léopold III. Les années 1950-1960 virent l’expansion, en Belgique et à l’étranger, de cette firme, qui, en 1974, entra dans le giron de la Campbell’s Soup Company. Mais, en 2007, la compagnie américaine devait la céder au groupe Yildiz Holding, qui possède Ulker, la plus importante firme d’agroalimentaire du pays (biscuits, chocolat et boissons). Aujourd’hui, Godiva fait la majeure partie de son chiffre d’affaires hors de Belgique, principalement aux États-Unis.

1988.

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.