Favarger

(Suisse)

 

C’est en 1826 qu’un confiseur, Jacques Foulquier (1798-1865), entreprit de fabriquer du chocolat en l’Île de Genève, au cœur de Genève, ayant choisi cet emplacement pour bénéficier de la force motrice du Rhône. Son gendre, Jean-Samuel Favarger, reprit l’entreprise et lui donna son nom. À la suite de la construction d’une usine hydraulique à son emplacement, l’entreprise se déplaça à Versoix. Aujourd’hui, la firme Chocolats & Cacaos Favarger SA occupe des bâtiments neufs, dotés d’installations modernes. Jusqu’en 2003, elle resta entre les mains de la même famille.

Cette chocolaterie continue de maîtriser l’intégralité des étapes de la fabrication, de la sélection des fèves et autres matières premières au produit fini. Les Avelines, lancées en 1922 et qui marient chocolat et noisettes se déclinent en : Aveline lait, qui conjugue subtilement l’onctuosité d’un chocolat au lait aux noisettes gianduja et le croquant des amandes Valencia — ; Aveline praliné — deux fines couches de chocolat noir enveloppent un fondant chocolat au lait aux noisettes gianduja — ; Aveline noir, qui associe l’intensité du chocolat noir au croquant des noisettes. Parmi les autres spécialités : les Nougalines de Genève aux noix — un praliné de chocolat au lait aux noisettes gianduja, parfumé à la noix, est enfermé dans une coque de nougatine, et le tout est enrobé d’une fine couche de chocolat au lait extra fin — ; des tablettes de chocolat fin ; des barres de chocolat ; des couvertures pour les professionnels. En 2010 fut créée une « collection » de chocolats frais, confectionnée, à partir des masses de cacao élaborées à la Manufacture, à quelques pas du berceau de l’entreprise, dans l’atelier laboratoire du 19 quai des Bergues. Pralinés, ganaches, palets, bonbons de liqueurs suisses, truffes, orangettes…

La publicité

 

Une affiche en couleurs, de 1920, montre un enfant à skis, portant au bras un panier qui contient des produits de la chocolaterie. Sur une affiche photographiée, de 1930, un enfant souriant présente une tablette de chocolat. Par ailleurs, le « chocolat très fin », « pâte avelines rafraîchie (genre punch) », de marque Favor, produit par Favarger, a inspiré au graphiste suisse Jacomo Muller une élégante affiche (lith., vers 1935, 90 x 125 cm, Fiedler, La Chaux-de-Fonds) — sur fond rouge portant le texte en jaune, une tablette dont le papier déchiré dans un coin laisse voir le chocolat.

Jacomo Muller, ca 1925, 128 x 90 cm.

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.