Barry-Callebaut

(Belgique)

 

Un des plus grands transformateurs de cacao, basé à Zürich (Suisse) — il représente 12 à 15 % des broyages mondiaux. Le groupe est né en 1996, de la fusion de Cacao Barry (France) — voir cette entrée — et de Callebaut (Belgique) — voir cette entrée.

Le groupe Barry-Callebaut a absorbé, en 1999, la société suisse Carma[1], en 2002, l’allemand Stollwerck et, en 2003, l’américain Brach’s. Il a repris,fin 2009, Chocovic (voir ce nom), appartenant au groupe Nederland, en Espagne, et réputé sur le marché des couvertures de qualité supérieure[2], puis, en 2011, la firme espagnole MorellaNuts SA, spécialisé dans les produits à base de noix, et le leader américain des décorations en chocolat, Mona Lisa Products. L’acquisition, en 2012, de Petra Foods Singapour traduit la volonté du groupe de diversifier géographiquement ses achats de cacao et d’améliorer sa position sur le marché asiatique, en plein essor.

En 2011, présent dans vingt-sept pays, Barry-Callebaut possédait environ quarante sites de production dans le monde. En France, son usine de Louviers(Eure),qui traite les fèves de cacao, produit la liqueur de cacao et le beurre de cacao. À partir de ces deux ingrédients, son usine de Meulan(Yvelines) fabrique 100 000 tonnes de chocolat, dont 20 000 tonnes en liquide, livré par camions-citernes aux industriels. 30 % de cette production sont exportés, principalement vers le Royaume-Uni, l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas. Aujourd’hui, les principales marques sous lesquelles opère la société sont : Barry Callebaut, Callebaut, Cacao Barry, Van Leer, Carma et Van Houten pour les produits à base de chocolat ; Barry Callebaut, Bensdorp, Van Houten et Chadler pour le cacao en poudre ; Bensdorp, Van Houten, Caprimo et Ögonblinck pour les mélanges pour automates de vente de boissons ; Sarotti, Alpia, Sprengel, Jacques, Callebaut et Alprose pour les produits vendus aux consommateurs.

 

[1]Fondée en 1931 par CarlMaentler à Zürich, elle établit en 1941 son site de production à Dübendorf et débuta sa fabrication de marmelades de fruits. En 1947-1948 commença la production de chocolats de couverture.Au début des années 1960, elle exportait déjà vers les marchés asiatiques et nord-américains. Son expansion se poursuivit au cours des décennies suivantes,période où elle lança ses articles phares — MassaTicino (pâte à décorer blanche), mousses instantanées,toppings (sauces de nappage). Elle produit aussi couverture de chocolat, produits semi-finis, massespralinées, etc. En 2006, son chocolat Claire de Carmaa reçu la Médaille d’Or du Meilleur chocolat au lait du monde, remise par l’Accademia Maestri PasticceriItaliani.

[2]L’entreprise sélectionne ses cacaos pour obtenir des couvertures de différentes fluidités et de différents goûts. Ces cacaos d’origine sont testés à l’École AulaChocovic, à Vic (Catalogne).

Chaque année, depuis 2005, Barry-Callebaut organise le World Chocolate Masters, manifestation née du regroupement de deux compétitions de haut niveau, leGrand Prix International de la Chocolaterie, créé par Intersuc et Cacao Barry, et l’International Belgium Chocolate Award, créé par Callebaut ; des chocolatiers du monde entier y participent. Par ailleurs, il s’attache à la formation des professionnels du chocolat dans le cadre de sa Chocolate Academy (stages, démonstrations, site Web, etc.), à Meulan.

Présent dans de nombreux pays producteurs, legroupe s’engage dans la production de produits élaborés avec des fèves d’origines spécifiques.Ila, par ailleurs, choiside s’appuyer sur un nouveau pilier stratégique : le« cacao durable ». Instauréen 2001, leprogramme autour du cacao biologique dans la région de Bahia, auBrésil, s’est fixé pour but d’aider les producteurs locaux à améliorer leurs plantations, dévastées par la maladie du balai de sorcière, età passer de la culture traditionnelle à la culture biologique. En 2009, ceprogramme concernait 4 160 hectares certifiés biologiques et était suivi par 62 agriculteurs.Entrepris en 2005 en Côte-d’Ivoire et lancé en 2010 au Cameroun, le programme QPP (Quality Partner Program, « Programme Partenaire de Qualité ») intervient, pour un développement durable du cacao, sur l’assistance aux coopératives de planteurs ; en 2010, Barry-Callebaut était ainsi en relation, en Côte-d’Ivoire, avec 48 coopératives, comptant quelque 40 000 planteurs. Lancé en 2012, le projet Cocoa Horizons, de Barry-Callebaut, en collaboration avec l’organisation indépendante de certification Rainforest Alliance, a pour but « d’accroître, au cours des dix prochaines années, la productivité des plantations, d’améliorer la qualité et les conditions de vie des familles de producteurs dans les principales régions productrices de cacao en Afrique occidentale et en Afrique centrale, en Indonésie et au Brésil ». Cette coopération a débuté au Cameroun où des collaborateurs du groupe, avec l’aide de Rainforest, assurent la formation des planteurs aux « Bonnes Pratiques Agricoles » (BPA). Ce programme a aussi pour mission de fournir à ces exploitants « le soutien nécessaire pour mettre en place des systèmes de contrôles internes et pour améliorer les procédures administratives dans les coopératives ». Par ailleurs, en2011, Barry-Callebauta lancé un programme de recherche agronomique en Malaisie visant à développer des techniques nouvelles et durables de culture du cacao. Il a aussi créé un joint venture avec la société indonésienne P. T. Comextra Majora en vue, notamment, de la construction d’une usine de transformation du cacao à Makassar (Sulawesi). Parailleurs, saJacobsFoundationœuvre en faveur de la durabilité du secteur cacao et d’un mieux-vivre des communautés productrices de cacao.

La publicité

 

Cette cdes monuments de Bruxelles.